Stephanie Dosen

Une petite interview sans prétention, histoire de découvrir un peu mieux la Demoizelle, en douceur… la traduction française arrivera d’ ici peu.

(GIF)

MAA  : Would you tell us more about your musical past ? Have you been immersed in music since your childhood ?
Stephanie Dosen  : I started singing in my attic when I was a little girl. My dad had an old guitar up there and I would sneak upstairs and write songs on it when no one was around. I was very secretive and shy. I used to record the songs on a little tape recorder and make my own little albums to listen to. No one really knew that I could sing at all because I was so quiet. I dreamt of taking my guitar and leaving town and going on the road to sing my songs. I wanted to be like Stevie Nicks. I even asked my family to call me Stevie for a while, because that’ s a nickname for Stephanie, but it didn’ t stick.

MAA  : What are your musical influences ?
Stephanie Dosen  : I grew up in a small town in the Midwest during the 80′ s so I was surrounded by classic rock like Led Zeppelin and Pink Floyd. When I was in high school I was really into bands like The Smiths, The Cure and Depeche Mode. It wasn’ t until a bit later that I got into female singers like Sinead O’ connor and Siouxsie Sioux. My favourite band of all time is The Cocteau Twins so it’ s a big honour every night to “Teardrop”.

MAA  : What do you prefer : be on stage or working in studio ?
Stephanie Dosen  : They are both so different. I’ m a perfectionist, so the pressure of being in the studio is way too much for me. Playing on stage is fun every night but my favourite part is the writing process itself. That’ s when I can hide away in secret and work on the magic part which is the creation of the songs.

MAA  :What’ s on your decks at the moment ?
Stephanie Dosen  : Right now I listen to a lot of modern ambient atmospheric music. My favourites to play daily right now are Colleen and Lau Nau.

MAA  : Do you have good vibes towards France and the French audience ?
Stephanie Dosen  : Most Americans have a very romantic idea of France and I am no exception. It was the language I chose to study in school and I dreamt of living there someday. I’ ve been to France many times now and am always blown away by the warmth of the people. They really love their music and I enjoy playing to a French audience. My only complaint is that I’ ve been to Paris 4 times and I’ ve never seen the Eiffel Tower ! That is one of the drawbacks to being a travelling musician. You don’ t often get to enjoy the city as much as you’ d like because you are on the tour-bus or passed out in the hotel.

MAA  : Where and when did you decide to work with Massive attack ? – How did you meet them ?
Stephanie Dosen  : I’ ve been a fan of Massive Attack for a long time. One day last year I was in a charity shop looking at vintage coats and my phone rang and it was 3-D. I had to sit down and take it all in. Of course I was very excited when he asked if I would consider some collaboration work. It has been a great experience and I never take it for granted. I know how lucky I am to work with such a great band.

MAA  : What’ s the funniest thing that ever happened to you on stage with Massive Attack ?
Stephanie Dosen  : This summer we played a festival that was near a lake. So at night when the stage lights came on, every bug or moth in a 10 mile radius came flocking to the stage. There was a swarming sea of insects on stage as thick as a fog. When Yolanda Quartey came off stage after singing her first number she had bugs stuck in her lip gloss ! When I had to go on I was dreading it. While I was singing and playing my first song a huge 3 inch bug landed on the top of my head and worked its way down the back of my hair and onto my neck ! The whole way I could feel it clawing its nasty little legs but I couldn’ t move because I was playing guitar and singing it was torture ! The guys at the sound-deck said they saw it come out of my hair and walk down my back. It was horrible and disgusting but hilarious.

MAA  : Among all the Massive Attack songs you performed on stage, which one do you prefer and why ?
Stephanie Dosen  :I love singing teardrop because it’ s been one of my favourite songs for a very long time. It’ s hard being the new singer of a song that is so beloved by so many people. I try not to think of what the crowd might be thinking when I’ m up there. I just sing it honestly as if I were in my bedroom alone. That keeps it real for me and I love every minute of it.

Jérôme Lateur

Jerome LATEUR, executive Director of the Music Division of EuropaCorp did kindly accept to answer to our questions about Danny the Dog’ s original soundtrack, and we do warmly thank him for that.
(JPEG)
Jérôme LATEUR

MAA : Could you tell us how your work with M.A. began ? Who contacted them ? Did they react immediatly ? Your first meeting…
Jérôme Lateur : At first, we, Louis le Terrier (the film Director), Luc Besson (the Producer) and I, had an artistic reflexion about which style of music would best suit this « climatic » movie. We did consider different options : Aphex Twin, Placebo, Fat Boy, Slim, Massive Attack… I then contacted their managers and started to talk with them about the movie. Finally, it is through Luc Charles & Benjamin Chulvanij (G.M and deputy G.M. of Delabel / E.M.I) that we had a contact with M.A. and their manager, Mark Picken. We had a first meeting at Virgin’ s in London, with the managment, the record company and the director in order to explain the project. We had an excellent contact with Mark Picken, who seemed very interested and he submitted the project to the band (3D, Neil Davidge). The next step was to show them the movie… After a preview, they gave us their O.K. to compose their first original soundtrack for us.

MAA : What were the different steps of the making of this soundtrack ? How did the band started to work on it ?
Jérôme Lateur : They approached the work very artistically and very professionally Artistically first of all, as they really cared to serve the movie best, following the Director’ s advises and wishes. Louis le Terrier went to Bristol on several occasions to give them his artistic vision of the whole movie. Professionally second of all, as they really put all their ressources, creativity and personalities in their work. The movie is therefore a real teamwork. We worked for 4 months in their studio in Bristol on the writing and the composition ; we taped the chords sections in a London studio for one day as well. We finally finished the production and the mixing 5.1 (movie) at Digital Factory, in Normandy. This lasted about a month.

MAA : Did the group see the movie before and after ?
Jérôme Lateur : Yes, of course, they saw it at the very beginning of the project ; it was very important for them, and for us, that they do like and appreciate it so that they really can take possession of it… what they really did. During all the composition and productions phases, they really were in total osmosis with the movie.

MAA : What memories did you keep from this work ? What was the atmosphere like ?

Jérôme Lateur : The atmosphere was excellent. They are truly great professionals and they do know their Art… It is important to say that working on a soundtrack is a challenging and enriching exercise for a band as creative as M.A.is. One of my most vivid memories is when the band presented us the first melodies,finished, with the chords, but not yet mixed.The professional quality of the sounds was outstanding, really outstanding.

MAA : We heard some rumours saying that Liz Frazer (the Cocteau Twins’ singer)could be on the soundtrack… is that true ? Some say as well that Daddy G. Did not participate… And was Neil Davidge there ?
Jérôme Lateur : Rumours are rumours. Don’ t listen to them ! We did actually consider having a singer on the theme song (as it is often the case in the movie industry) ; that’ s true. But it did concern Dot Allison, not Liz Frazer. To tell you the whole story (and it might be « THE » scoop for you all, M.A. fans!) we do have a great recording of an M.A. song, sung by Dot Allison ! This song comes at the end of the movie, with the credits. It is about 6 minutes, and sounds very close to the band’ s « world ». It is not on the soundtrack, as it does belong to the movie itself. Concerning the other rumours… of course, Neil Davidge was there ! He is an exceptional guy : kind, available… and talented. 3D was as well quite involved on the whole project… but is it necessary to mention it after having listened to the sound track ? It is obvious ! Lee did participate as well to all the technical phases of mixing and production(he is a kind of computer’ genius !). Regarding Daddy G… that’ s true that we did not see him a lot in the studio… but saying that he did not participate would be an exaggeration !

MAA : Finally, why is there no song on the soundtrack ?
Jérôme Lateur : It is an artistic choice of M.A. ; a wish to render as well as possible the musical atmosphere of the movie, to keep an experimental approach, and that’ s quite interesting. And that’ s true for the soundtrack, but not for the whole movie. We have a wonderful song, as I told you earlier.

translation by Crescent City

Morcheeba (interview en VO)

-  Just before their new album « The antidote », Paul Godfrey has accept to answer our questions.

Thanks Paul.

Pictures taken from http://www.morcheeba.co.uk/

(JPEG)

MAA : ‘ The antidote’ , your 5th album, will be released at the beginning of May; I do think all your fans can’ t wait to discover Daisy Martey, your new singer. How does she feel knowing that the album is out soon? What about you, Ross and Paul?
Paul : I think we are all very much aware of our situation, so far the reaction has been amazing but we are really looking forward to playing live and getting a direct reaction from our fans. I guess you could say that we are nervous and excited in equal measures.

MAA : How did you meet Daisy (casting, acquaintances?)
Paul : Daisy was introduced to us by a friend, we loved her voice but thought she would be busy so didn’ t expect her to want the job. We were thrilled to discover she was up for it!

MAA : What’ s her personal musical background?
Paul : Daisy was classically trained. I’ m not sure what that involves.

MAA : Did you know straight away she was the right singer you were looking for? Did you consider the possibility of having a male singer in Morcheeba?
Paul : We were open to anything but found it tough to find the right people.

MAA : Musically speaking, what are your feelings about « The Antidote » compared to your 4 precedent albums?
Paul : I personally feel the antidote is a massive leap forward, though I still love our old records. This is the first record where Ross and I fully
controlled the arrangement and production.

MAA : Please, give us a taste of this new album ;o)
Paul : You’ ll have to wait or check the War child website.

MAA : How do you write or compose?
Paul : It depends but generally Ross and I sit in our studio jamming until we have an idea we really feel is strong. Ross writes the music and I write the words, Daisy also helped with the melodies that we structured.

MAA : I’ ve read on the site that Ross had had a rock band called « The Jukes », is it still on? Would you like to tell us more about it Ross?
Paul : Yes the Jukes have a website. www.thejukes.co.uk

MAA : What are you musical influences? What’ s on your decks at the moment?
Paul : At the moment I am listening to old blues like Honeyboy Edwards.

MAA : As you might be aware of, we are the webmasters of a site dedicated to Massive Attack, what do you think of their carrier? Do you enjoy their music?
Paul : I really liked their first album and a couple of singles.

MAA : French TV network often uses trip hop or down tempo tracks to illustrate some of their documentaries or reality shows ( for instance : the french version of the reality show « We’ ve switched mums » uses your track « blindfold ») How do you feel about that?
Paul : I think its great whenever people get to hear our music, sometimes its funny in a surreal way.

MAA : You will be soon on tour in The United Kingdom and in Europe, are you worried about the audience’ s reaction toward Daisy, or do you feel totally confident about it?
(See above)

MAA : Do you already have an idea about the set list?
Paul : Yes its all the classics with some of the new record.

MAA : What about the support act (guests)? Should your fans expect one or maybe more? If so, would you give us a hint?
Paul : I believe we will be touring with a great band called husky rescue.

MAA : A one-off gig in France in Paris, should we expect other ones later in other french cities?
Paul : Yes definitely, we love france so we will be playing all over in the autumn.

Thanks for the lovely questions !
Paul G

Morcheeba

-  En pleine actu : la sortie de leur nouvel album « The antidote » le 9 mai suivie d’ une tournée au Royaume Uni et en Europe, Paul Godfrey a très gentiment accepté de répondre à nos questions.

-  Une petite interview très sympa et chaleureuse que nous vous laissons découvrir, Merci Paul.

(JPEG)

MAA  :‘The antidote’ est votre 5 ème album et sortira début mai, je pense que tous vos fans sont dans l’ attente fébrile de découvrir Daisy Martey , votre nouvelle chanteuse, quel est son état d’ esprit à quelques semaines de la sortie de l’ album ? Et quel est votre état d’ esprit à vous deux, Ross et Paul (Morcheeba) ?
Paul (Morcheeba)  : Je pense qu’ on est tous très conscients de notre situation, les réactions ont été géniales jusqu’ à présent mais on est tous impatients de jouer live et de voir la réaction de nos fans à chaud. On peut dire qu’ on est aussi nerveux qu’ excités.

MAA  : Comment s’ est faite la rencontre avec Daisy (casting, par connaissance…) ?
Paul (Morcheeba)  : Daisy nous a été présenté par un ami, on a de suite adoré sa voix, mais on s’ est dit qu’ elle devait être trop occupée pour vouloir le job. On a été vraiment content de voir qu’ elle était partante.

MAA  : Quel est son parcours musical personnel ?
Paul (Morcheeba)  : Daisy a un parcours classique. Je ne sais pas tout ce que cela comprend.

MAA  : Est-ce qu’ elle vous est apparue tout de suite comme étant LA chanteuse que vous recherchiez ? Une voix masculine aurait-elle pu être envisageable au sein de Morcheeba ?
Paul (Morcheeba)  : On était ouvert à tout mais ce fut difficile de trouver la bonne personne.

MAA  : Comment situez-vous musicalement ‘The antidote’ par rapport à vos 4 1ers albums ?
Paul (Morcheeba)  : Personnellement, antidote est un grand pas en avant, mais j’ adore aussi nos anciens albums.C’ est le premier album où Ross et moi maîtrisons totalement l’ arrangement et la production.

MAA  : Faites-nous envie parlez-nous un peu de ce nouvel opus ;o)

Paul (Morcheeba)  : Vous allez devoir patienter ou checker le site War child

(JPEG)

MAA  : Comment fonctionnez-vous sur l’ écriture, la composition ?
Paul (Morcheeba)  : Cela dépend, mais généralement Ross et moi nous asseyons dans le studio, on jamme jusqu’ à ce qu’ une idée nous paraisse assez convaincante. Ross compose la musique et j’ écris les paroles , Daisy nous a aussi aidé à peaufiner les mélodies.

MAA  : J’ ai lu sur votre site que Ross avait monté un groupe de rock ‘The Jukes’ , est ce qu’ il est toujours d’ actualité ? Est ce que tu veux bien nous en parler un peu Ross ?
Paul (Morcheeba)  : En effet, the Jukes ont un site : www.thejukes.co.uk

MAA  : Quelles sont vos influences musicales ? Et qu’ écoutez-vous actuellement ?
Paul (Morcheeba)  : En ce moment j’ écoute du vieux blues comme Honeyboy Edwards.

MAA  : Comme vous le savez, nous sommes les webmasters d’ un site sur le groupe Massive Attack, que pensez-vous de leur carrière ? Est ce que leur son vous branche ?
Paul (Morcheeba)  : J’ aime beaucoup leur premier album et quelques chansons.

MAA  : Les chaînes de télévision françaises utilisent très souvent des titres de groupes de trip-hop / down tempo pour illustrer certaines de leurs émissions de reportage ou même de télé réalité (exemple : « on a échangé nos mamans » émission de télé réalité, utilise votre titre « Blindfol ») Qu’ en pensez-vous ? Quelle est votre position par rapport à cela ?
Paul (Morcheeba)  : C’ est que du bon dès que les gens ont l’ opportunité d’ écouter notre musique ; parfois c’ est marrant et surréaliste en même temps.

MAA  :Vous allez débuter une tournée au Royaume Uni et en Europe, est ce que vous redoutez ou au contraire êtes confiants en l’ accueil que le public va donner à Daisy ?
(Voir plus haut)

MAA  :A quelle set-list pensez-vous pour la tournée ?
Paul (Morcheeba)  : Oui, tous les classiques et quelques nouveautés.

MAA  :Serez-vous accompagné d’ une ou plusieurs « 1ère partie » ? (Si oui, lesquelles seront-elles ?)

Paul (Morcheeba)  : Notre première partie sera Husky rescue, un groupe génial.

MAA  :Une seule date en France à Paris, pouvons-nous espérer d’ autres dates un peu plus tard et ailleurs qu’ à Paris ;o)
Paul (Morcheeba)  : Oui bien sûr, on adore la France , donc on reviendra en automne.

Merci pour toutes ces adorables questions !
Paul G

Philippe Prohom

-  Je crois que les membres de MAA qui ont participé à la réalisation de cette web-interview y ont pris un réel plaisir ;-) et c’ est avec autant de plaisir vous allez la découvrir.

-  Philippe Prohom, qui est actuellement en tournée (dates annoncées sur le forum), a pris quelques minutes de son temps pour nous répondre et nous le remercions tous chaleureusement.

(JPEG)

Sam Je vous ai vu deux fois au Transbordeur, et c’ étaient deux excellents concerts… Mais au delà des prestations scéniques ce qui me plait plus particulièrement ce sont vos textes…

Vous êtes du genre « ça me vient n’ importe comment » et vous écrivez des ptits bouts de chansons partout ou bien au contraire « ça mûri… ça mûri… ça mûri… » et ça sort tout fini ? Bref… comment écrivez-vous ?
Philippe  : Je pratique les deux : j’ ai plein de bouts de papiers de partout que je rassemble parfois, sinon ça vient aussi d’ un coup d’ un seul (né à la place d’ un autre) mais pas tous les jours !

Girlnextdoor  : Vous définissez Prohom comme un groupe ou comme un projet personnel ?
Philippe  : Comme un projet personnel. Le talent et l’ investissement des musiciens sur scène fait que ça ressemble à un groupe et c’ est parfait comme ça, mais les choses sont claires depuis le départ : je compose, j’ écris, j’ arrange, on joue les titres comme je les entends et après on discute. J’ amène souvent des parties simplifiées (un groove pour la batterie et Yann développe à sa manière, une ligne de basse simple à développer par Damien, ou des parties de guitares approximatives et mal jouées que Manu va tâcher d’ interpréter correctement). Le fait est que je suis ouvert aux propositions et aux suggestions et que s’ il y a un titre qu’ ils ne sentent vraiment pas, on ne le joue pas sur scène (c’ est déjà arrivé). Je préfère quand même que l’ on monte sur scène pour défendre un répertoire que l’ on aime tous. Ce mode de fonctionnement nous permet de répéter très peu et donc permet à chacun de faire sa vie en dehors du projet « prohom ».

Girlnextdoor  : Vous prenez plus de plaisir à la création d’ un album ou lors de concerts ?
Philippe  : Les deux exercices sont fabuleux. Je garde une petite préférence pour les moments de composition et d’ arrangement… me retrouver seul dans mon univers et avancer petit à petit, sentir le morceau se construire peu à peu, je crois que ces moments là sont les meilleurs de ma vie, les plus sereins.

Davidcure (aka David Fargier)  : J’ ai souvent le sentiment que ta musique et en particulier tes textes pourraient servir de bande son à un film d’ Olivier Assayas, Oliver Dahan, ou un mec du genre. Est-ce quelque chose qui te ferait triper ?
Philippe  : Faire la musique d’ un film est une idée que je n’ ai jamais lâchée ; j’ ai fait une trentaine de BO pour le théâtre de 96 à 99 et c’ est un exercice que j’ adore ! Par contre si je le fais pour le cinéma, je mettrai tout dedans et je lâcherai donc Prohom pendant cette période pour m’ investir à 100% dans le projet.

Dissolved girl (aka Laurie)  : L’ intro de « Des millions de forêts » me rappelle un peu le son des Cure de jadis, est ce qu’ il peut y avoir un quelconque rapport (influences) ou bien je vois les cure partout !
Philippe  : Un pote m’ a un jour prêté une basse et je n’ avais jamais eu cet instrument dans les mains, je me suis dit que j’ allais composer un beau truc à la Cure , comme j’ aime et en assumant complètement ; c’ est devenu Millions de forêts. Ce titre est donc clairement une référence pour moi ; tu vois du Cure là où il y en a !!!!

Davidcure (aka David Fargier)  : En dehors de The Cure, quels sont les artistes qui t’ ont inspiré ? Massive Attack, par exemple ?

Philippe  : J’ ai beaucoup écouté (et j’ écoute toujours d’ ailleurs) Massive Attack. Mais mes influences sont tellement diverses que ne considère pas en avoir vraiment. J’ écoute beaucoup de musique dans le camion et je passe allègrement de Roxy Music à Marylin Manson, de AC/DC à Gloria Gaynor, de Depeche Mode à Johnny Cash, de Véronique Sanson à Doppler, de Supertramp aux Hush Puppies, de Elton John à Oasis, de Bob Marley aux Hives … enfin bref … en gros j’ écoute de tout sauf de la chanson française et du classique (Véronique Sanson c’ est quand même super rare … et Gloria Gaynor, c’ est carrément n’ importe quoi !!!) c’ est Bowie et ses albums des 90′ s (outside, earthling) qui m’ a montré la voie quand à ce que je voulais vraiment entendre sur mes textes. Je me suis aperçu que les Anglais n’ avaient pas de complexe à mélanger le rock et l’ electro et comme c’ était ce que j’ avais dans ma tête, ça m’ a décomplexé et j’ ai assumé de faire pareil. Mes premières maquettes avec cette direction artistique sont parties en maison de disque en 97 et j’ ai immédiatement eu des coups de fil positifs de labels (qui m’ ont tous dit d’ ailleurs « c’ est génial mais c’ est trop tôt pour le public Français » : c’ est pour ça que j’ ai arrêté de démarcher les labels et que je suis parti sur les routes présenter mon répertoire au public Français justement … qui s’ est avéré être immédiatement et totalement en phase avec ce que je présentais d’ ailleurs…)

Dissolved girl (aka Laurie)  : Qu’ est ce qui tourne sur ta platine actuellement ?
Philippe  : Hyperclean, queen of the stone age, sidilarsen, misstrip, josephine k, un bootleg des Cure de 2002, smooth, fabio viscogliosi …

Dissolved girl (aka Laurie)  : J’ ai lu plus d’ une fois que tu as été acteur et que tu as composé des thèmes pour des pièces de théâtre, peux-tu nous en dire un peu plus histoire de satisfaire notre curiosité ?!
Philippe  : J’ ai déjà un peu répondu sur les BO.
J’ ai commencé le théâtre pour rencontrer des filles en 93 … j’ ai arrêté en 97 quand je me suis rendu compte que j’ avais pas vraiment envie d’ assumer des premiers rôles que l’ on commençait à me proposer : lourds à porter ou à travailler ; en fait j’ ai arrêté quand j’ ai du choisir entre la musique ou la comédie …Mais j’ ai pas dit mon dernier mot !!

Figurehead  : Quels types de guitares et amplis utilises-tu pour avoir ce son assez particulier qui fait ta « ch’ tit touche ».
Philippe  : Je maquette à la maison avec un pod. Le son de guitare sur scène se travaille et se choisit à trois ; entre Manu, Lafraise (notre ingé son) et moi même. Aujourd’ hui Manu joue sur gibson sg ou fender stratocaster ; et sur fender deluxe pour l’ ampli. Les pédales d’ effets ont été introduites spécifiquement et en fonction des nécessités des chansons. On a préféré rester sur de la pédale boss standard plutôt que sur du multi-effets . Tout cela reste assez standard : phaser, délai, boost, 3 disto différentes et spécifiques (metal zone, crunch ibanez et OD boss) et octaver .

Girlnextdoor  : Vous avez été « lancés », il me semble, par le Printemps de Bourges en tant que groupe « découverte », quels sont vos favoris pour les sélections de cette année ?
Philippe  : Redbong, vibrion, smooth, daria, anais, usmar

Girlnextdoor  : Y a t’ il des dates de concerts dans des festivals cet été qui se profilent ? (genre eurocks par exemple, depuis le temps qu’ on en rêve)

Philippe  : Les gros festivals n’ aiment pas ce que l’ on fait … tant qu’ on ne sera pas bankable (comme on dit dans le cinoche) il y a peu d’ espoir de nous y voir jouer hélas…

Girlnextdoor  : Quel est votre meilleur souvenir de concert ? Et votre pire souvenir ?
Philippe  : Le meilleur (mais c’ est tout à fait personnel), ce fut pour une soirée tribute au Cure au nouveau casino à Paris. Il y avait plein de groupes qui jouaient, puis qui faisaient chacun une reprise des Cure. La soirée était bruyante et aucun groupe n’ avait vraiment captivé le public. Mes zicos n’ étaient pas là alors j’ avais travaillé deux ou trois trucs avec Nadj (une copine avec qui j’ ai fait un duo). Je me suis pointé tout seul sur scène, j’ ai expliqué qui j’ étais, que mes musiciens n’ étaient pas là puis j’ ai commencé à chanter « le miroir et moi » a capella … le public s’ est peu à peu tu et s’ est retourné vers la scène ; j’ ai fini la chanson dans un silence incroyable et j’ ai eu une des plus belles ovations que je n’ ai jamais eu sur scène … ça a été un moment fabuleux pour moi. Après on a joué « ça oublie d’ aimer » guitare / voix puis M des Cure … le public était à donf et avec nous à 100% … très proche de la magie … voilà pour le meilleur.
Pour le pire j’ hésite … le vomi sur scène dans un bar … un trou de mémoire infernal sur notre passage d’ une demi heure au printemps de bourges … faire Georges assis à cause d’ une entorse … jouer dans un bar Anglais de montagne et finalement rentrer à Lyon quand il n’ y a plus que la serveuse et nous au bout de 3 titres (véridique) … j’ en oublie … et mon coeur balance !!…

Girlnextdoor  : En première partie de quel groupe (français ou anglais) fantasmerais-tu de jouer ? Et quel groupe aimerais-tu voir passer avant toi ? (les ptis chouchous)
Philippe  : Une petite tournée avec un gros gros groupe international (cure, bowie, dm..) me brancherait bien pour faire des grosses salles … sinon j’ aimerai bien choisir nos premières parties dans chaque ville pour faire du support local mais ça n’ est pas de notre ressort sauf sur les dates que l’ on produit mais c’ est rare…

Girlnextdoor  : Qui est à l’ origine de l’ idée des miroirs (enfin les grandes vitres quoi !) en concert ? Et idem pour le passage aux tambours entre Manu et Damien ?
Philippe  : Je voulais plusieurs supports pour accrocher l’ image et la lumière en fond de scène , sortir de l’ écran que nous avions eu sur la tournée du premier album … la matière plexiglass a été choisie en réunion avec Mouss et sandy qui ont travaillé sur la création lumière …
J’ ai toujours pensé à une extension instrumentale à la fin de « prouvez le moi », j’ avais pensé à un long trip electro, ou à un truc percu, ou à une série de solo où chacun s’ exprimeraient … C’ est Yann qui a eu l’ idée de construire un truc aux toms basse, ça me plaisait qu’ il le prenne en main à 100%, c’ est lui qui a entièrement monté ce passage avec Manu et Damien et qui m’ a suggéré la prod à rajouter (sirènes et samples repères)

Girlnextdoor  : Et sinon j’ ai pas encore compris pourquoi vous dites en concert que « les gens font des gamins » est une chanson un peu spéciale ???
Philippe  : C’ est une chanson un peu spéciale de par sa position dans le set (à la toute fin et après une longue partie rentre dedans et plutôt basée sur le physique). Elle est aussi spéciale de par son message clair, virulent, donc qui ne plaît pas à tous …

Cafeopera (Manu des Moonchild)  : Les groupes ne sont pas vraiment aidés dans notre bonne ville de Lyon pour, jouer tout simplement par ici ou ailleurs. Qu’ en penses-tu ? Faut-il absolument passer par Paris pour percer ?
Philippe  : C’ est vrai que Lyon est à la traîne côté musiques actuelles mais ça va peut-être un peu changer … en tous cas des gens travaillent sur le sujet …
L’ application des lois écolo sur le bruit et les fermetures de lieux qui s’ en suivirent n’ ont pas aidés mais le phénomène est national …
Les ogres de barback ou des mecs comme thiéfaine nous ont prouvé qu’ avec une très bonne équipe motivée, on peut faire sans Paris. Plus que jamais aujourd’ hui on peut être indépendant, tout dépend du genre de musique qu’ on fait. Si c’ est de la musique très variété ou populaire, ça vaut vraiment le coup de tenter une signature en major car ils savent développer ça. Pour le reste, mieux vaut un petit label ou une structure indépendante qui met toute son énergie plutôt qu’ une major qui s’ en tape ou ne sait pas faire.

Davidcure (aka David Fargier)  : J’ espère que le livre sur The Cure t’ a plu.
Philippe  : Je suis en train de le lire et il me plaît déjà beaucoup !! Je te remercie encore pour ce cadeau !

Davidcure (aka David Fargier)  : Quand est-ce qu’ on fait un disque ensemble ?
Philippe  : Je ne sais pas ;-) … j’ attaque les maquettes du troisième cet été et je serai peut-être en recherche de texte … je ne sais vraiment pas encore où je vais exactement !

Davidcure (aka David Fargier)  : Est-ce qu’ on fera une reprise de One Hundread Years ?
Philippe  : Tous … tous … tous les deux ?!…

Davidcure (aka David Fargier)  : J’ aimerais bien rencontrer Olivia Ruiz ^^
Philippe  : Moi aussi … elle est injoignable !! .. ;-)

Girlnextdoor  : enfin UNE BLAGUE PHILIPPE STEEEEEEEEEEEEUP !!!
Philippe  : Tu veux une blague ?
Tiens prends ça !

21 hertz

21Hertz est un groupe de trip-hop Suédois plus que prometteur, né en 2003, composé de 4 personnes : Karin (chanteuse et également violoniste), Krippe (guitare et claviers), Christian (bassiste) et Sylvain le Dj.

21Hertz sait très bien par son originalité et la qualité des ses compositions poursuivre ce que des groupes comme Massive ou Portishead ont commencé dans le monde de la trip-hop, sans parodie aucune. Mais plutôt qu’ un discours autant aller sur leur site ou vous pourrez écouter certains titres, ça va être la claque, je vous préviens !

-  21 hertz pour Massive Attack Area c’ est un peu l’ histoire d’ un coup de foudre.

(JPEG)

MAA  : Comment vous êtes vous rencontrés ? Quelle est la genèse du groupe ?
21 hertz  : Sylvain et Christian se sont rencontrés chez un pote producteur.
Partageant tout deux une passion pour l’ informatique musicale, ils ont commencé à se rencontrer pour confronter leurs expériences musicales et leurs productions respectives.
S’ ennuyant seuls dans leurs studios, ils décident de créer un groupe. Leur but est de créer une musique vivante, live et originale.
Même si le groupe était composé depuis le début de tous ses membres actuels, sa forme était légèrement différente. Christian, Chrippe, et Sylvain avaient leur rôle actuel tandis que Karin jouait du violon. Ce n’ est qu’ après la mise à l’ épreuve de nombreuses chanteuses que le groupe s’ est rendu à l’ évidence : Karin était la chanteuse parfaite (et celle toujours voulue) pour 21 Hertz.

MAA  : Avez vous joué dans d’ autres groupes avant de former 21 hertz ?
21 hertz  : Bien sur. Christian a joué dans plusieurs groupes en France. Principalement Funk et fusion. Puis il a formé un premier groupe avec Karin. D’ autre part, il a participé à de nombreuses productions, soit en tant que bassiste, soit en tant que producteur.

Chrippe a fait parti de nombreux groupes depuis du rock folk acoustique en passant par le rock progressif, le rock symphonique, jusqu’ au hard rock. Il a joué aussi bien de la guitare que du clavier.
Karin a participé à quelques projets avec Christian. Elle a aussi participé à des projets de cabaret/théâtre.
Sylvain a travaillé principalement dans des projets hip hop. En France, il travaille avec quelques groupe de rap de la région de Marseille, et est le DJ attitré du groupe Clair et Précis, produit à l’ époque par Gary des Massilia Sound System. En Suède, il produit quelques rappeurs.

MAA  : Qu’ est ce qui vous a amené à faire du trip hop ?
21 hertz  : Comme on peut le lire précédemment dans l’ interview, nous avons tous des influences différentes. Faire du trip hop, ne fut pas forcement notre but de départ, mais plutôt le produit de nos différentes personnalités musicales.

MAA  : Qu’ est ce qui vous a décidé à faire de la musique ? Y étiez vous prédestinés ? Quel est le passé musical de 21 hertz en quelques sortes ?

Sylvain  : La musique m’ est tombée dessus un peu par hasard. Je ne suis d’ ailleurs pas musicien pour un sou ! Peut être un peu quand même, mais en tout cas pas un génie. Donc je ne suis vraiment pas prédestiné à cela. C’ est quelques fois pour moi un calvaire, comparé aux facilités que le reste du groupe a.
Chrippe  : Mais c’ est bien que cela soit comme ça car tu prends d’ autres chemins qu’ un musicien ne prendrait pas.
Christian  : Pour moi la musique n’ est pas une passion, mais un cancer qui me mange. Pour ce qui est de la prédestination à la musique, j’ y crois dur comme fer.
Karin  : La musique a toujours été une part de ma vie. C’ est un moyen d’ exprimer mes sentiments. J’ ai toujours été engagée dans la musique.
Chrippe  : Je suppose que même si je ne devenais jamais célèbre, je continuerais la musique. Je ne sais pas si on peut appeler ceci de la prédestination, mais je ne pourrais jamais empêcher mes mains de jouer.

MAA  : La composition du groupe a elle évoluée au cours du temps ?
21 hertz  : cf question 1

MAA  : Pourquoi 21 hertz ? L’ idée est née comment ?
21 hertz  : Le groupe a eu pas mal de noms avant qu’ il ne s’ appelle 21 Hertz. Celui que nous avons porté le plus longtemps avant le nom actuel fut « A simple story ». Il correspondait à l’ idée de ce que nous voulions faire en musique : parler de choses simples sans prétention, tels que des sentiments, des ambiances, des sensations.
Pour être franc, nous trouvions ce nom très peu accrocheur et avons cherché très longtemps un nom plus adapté.
Un jour, Christian est arrivé en répèt avec un morceau mixé d’ une manière nouvelle pour nous, où il avait effectué un travail d’ équalisation sur une fréquence particulière (mais pas 21 hertz). L’ idée de prendre un nom correspondant à une fréquence vient de là. Pour ce qui est de la fréquence choisie, elle correspond a celle qui est inscrite derrière la plupart des speakers (limite dans les basses).

MAA  : Comment écrivez vous et composez vous une chanson ? Qu’ est ce qui vous inspire ? Quels sont les sujets qui tiennent à coeur ?
21 hertz  : Il n’ y a pas réellement de méthode. Quelques fois un membre du groupe vient avec un beat prêt, une idée, une mélodie et la soumet aux autres en répèt. Nous essayons et développons ces idées. D’ autres fois, nous prenons un vieux beat et chacun commence à jouer ce qui lui vient à l’ esprit. Les deux méthodes fonctionnent assez bien.

« A simple story » résume pas mal nos sources d’ inspiration. Nous privilégions des sujets communs, en tirons des sentiments, des ambiances, des paysages musicaux. Par exemple, Outside est un morceau sur la séparation entre la mère et la fille. Il exprime la blessure la culpabilité et l’ amour qu’ une mère divorcée ressent pour sa fille.

MAA  : Quelles sont vos influences musicales pour chacun de vous ?
Chrippe  : Toutes sortes de musiques, du moment qu’ elles « connectent ».
Sylvain  : La musique qui me fait triper, c’ est le hip hop. Particulièrement la première vague « new school », du genre 3rd Bass, EPMD ou Eric B and Rakim. Les beastie boys resteront toujours mes favoris.
Christian  : J’ aime aussi un peu tout tant que la qualité est au rendez vous. Je n’ ai pas réellement de groupe favori, mais j’ aime bien des trucs comme Police, Bob Marley,Miles Davis, Pink Floyd, Portishead, Massive attack, Malicorne et bien d’ autres.
Karin  : Je suis de l’ avis de Chrippe. J’ ai des influences diverses de musiques qui « connectent ».

MAA  : Comment est ce que vous vous sentez à quelques semaines de la sortie de votre album ?
Sylvain  : Pauvres !
Christian  : Fatigués.
Sylvain  : C’ est vrai que cet album nous prend beaucoup de temps.
Heureusement il est fini, et il ne reste que quelques formalités à remplir pour le sortir. Mais nous savons que le plus difficile est à venir. Vendre un album en tant qu’ artiste indé n’ est pas une mince affaire, surtout à l’ époque d’ internet et du partage de fichiers.

MAA  : Parlez nous un peu d’ Ocean of time.
Chrippe  : C’ est pour chacun d’ entre nous LE premier album, et c’ est bien sur une satisfaction car c’ est en quelque sorte un rêve qui devient réalité.

Sylvain  : Comme expliqué avant, notre volonté a été de parler de sujets anodins, de la vie de tous les jours.
Christian  : J’ ai cherché a créer des beats très lents, accompagnés avec une basse pas spécialement technique, mais au son imposant. Cela est la base pour poser des harmonies colorées à la guitare et au synthé. Les samples sont utilisés un peu comme du poivre ou du sel dans la cuisine. Sylvain se sert des platines d’ une manière bien plus musicale que dans d’ autres groupes. Dans ce chaos musical vient se poser la voix de Karin ammenant légèreté et fraîcheur. C’ est ce mélange « chimique » qui crée la magie qui se dégage d’ Ocean of time.

MAA  : Qui a réalisé la pochette de l’ album ?
Sylvain  : Mr Qui (http://mrqui.free.fr)

MAA  : Comment les gens vont ils pouvoir se procurer Ocean of time ?
Chrippe  : La distribution n’ est pas trop notre coté fort. Mais il sera possible de commander l’ album sur notre site web, et dans quelques magasins de Stockholm.

Christian  : Il faut comprendre que nous sommes un petit groupe indépendant et que trouver un deal de distribution n’ est pas chose facile pour un premier album, mais je pense que ce n’ est qu’ une question de temps.

MAA  : Pensez vous faire des dates après la sortie de votre album ?
Sylvain  : Nous sommes en train de préparer une tournée pour promouvoir l’ album, mais il est encore trop tôt pour répondre à cette question complètement et annoncer des dates.

MAA  : Avez vous déjà joué en dehors de votre pays ?
Sylvain  : Ca dépend ce que l’ on appelle un autre pays, Christian et moi sommes tous les jours à l’ étranger :-) Sans déconner, 21 Hertz n’ a jamais joué en dehors de la Suède.

MAA  : Si vous deviez faire la première partie d’ un groupe, lequel serait il ?
21 hertz  : Pink Floyd

MAA  : Seriez vous partant pour une collaboration avec un ou plusieurs autres groupes ? Si oui, quels seraient ces groupes ?
Sylvain  : Je pense qu’ une collaboration avec un groupe n’ est pas opportune. Notre musique est assez complète, et nous risquerions de nous marcher sur les pieds avec l’ autre groupe. Par contre une collaboration avec un artiste invité viendrait apporter de nouvelles sonorités et serait envisageable. Je n’ ai pas d’ artiste en tête, mais ce serait bien de travailler avec quelqu’ un qui n’ a rien à voir avec la trip hop et de le faire sortir de son champ musical.
Karin  : Ca pourrait le faire avec David Bowie
Christian  : Tu m’ étonnes. Sylvain, tu connais Jean Luc Ponty ? C’ est un violoniste avec qui ça serait bien de faire un track.
Chrippe  : Michael Jackson (rires). (Imitant la voix de Michael Jackson) Hi, it’ s Michael. I will pick up your kids .

MAA  : Que pensez vous de Massive attack ?
Christian  : Qui ? (Rires) D’ après moi le meilleur album est Mezzanine.
Karin  : Moi j’ aimais bien 100th window et Protection.
Chrippe  : La première fois que j’ ai écouté  » unfinished sympathy  » j’ ai été vraiment impressionné. Ca m’ a ouvert les yeux sur la musique électronique.
Christian  : Je pense que Massive Attack est une grande source d’ inspiration autant pour la composition que la production pour tous ceux qui font de la musique électronique.

MAA  : Quel est votre rêve musical ?

Karin  : Le temps et l’ argent pour faire ce que l’ on désire.
Sylvain  : J’ aimerais beaucoup faire un concept album qui raconterait une histoire et qui n’ aurait pas les limites du format d’ un album classique. Accompagné de vidéo et d’ images. Ceci n’ est pas d’ actualité, mais l’ idée a été évoquée plusieurs fois.

MAA  : Nous vous avons découvert sur Massive Attack Area. Quel accueil recevez vous de façon générale sur le net lorsque vous venez parler de votre groupe ? Avez vous une personne qui s’ occupe de votre management ?
Sylvain  : Internet est un moyen fantastique pour se faire connaître, et nous l’ employons autant que possible. Les réactions que nous recevons sont le plus souvent bonnes, mais quelques fois on se fait quand même bien démonter ! Une des critiques que l’ on nous fait le plus souvent est la ressemblance avec Portishead. C’ est assez amusant d’ ailleurs de voir quels débats cela crée sur certains forums. A part cela, nous rencontrons de très bonnes critiques, tant au niveau de la qualité des compositions et de la production. Sinon, nous n’ avons pas de manager, et c’ est bien dommage !
Christian  : il nous manque pas mal de choses, la liste est longue !

mig

-  mig est loin d’ être un groupe inconnu auprès des membres de Massive Attack Area, bon nombre d’ entre nous sont déjà sous le charme de ce trio grenoblois plus que prometteur !

-  Djazia, Mat et Piero ont participé avec plaisir à notre web-interview et nous les en remercions ;o) , bonne lecture à vous ! et pour en savoir encore plus sur eux, leur univers et leur actu : http://www.mig-le-site.com/

(JPEG)

MAA  : Avez-vous passé de bonnes fêtes ? (NDL’ A : les questions ont été posées par les membres début janvier 2005)

(mat)  : Elles sont déjà loin mais oui merci.

MAA  : Parlez-nous un peu de votre rencontre, les débuts…
(piero)  : Au début « mig » était le projet d’ un collectif grenoblois dont seule Djazia est encore aujourd’ hui la représentante. Avec Mat, après avoir fait partie de quelques formations de styles divers, nous en étions à nous initier aux machines et à l’ electro en général dans le cadre d’ un collectif qui s’ appelait « sayat nova ». Nous sommes arrivés dans le projet « mig » en tant que section rythmique au début de l’ été 2000 pour qu’ il puisse exister sur scène. Grenoble est une petite ville avec un milieu culturel assez actif. De nombreux musiciens d’ horizons divers s’ y croisent et se connaissent au moins de vue. C’ était notre cas et ça a tout de suite fonctionné entre nous à l’ idée d’ évoluer dans un univers mêlant electro et acoustique. Tout est allé ensuite très vite et très rapidement. Enregistrement du 6 titres « sad society songs », départ de deux membres du début de l’ histoire et une vingtaine de dates en première partie des sinsemillia. C’ est sur ces dates et ce contexte un peu particulier que nous avons vraiment appris à nous connaître tous les trois et à faire grandir notre envie de partager un bout de route ensemble.

MAA  : Que signifie « mig » ?

(djaz, mat, piero)  : top secret défense ;-)

MAA  : D’ où vient l’ idée de ce métissage des cultures ?
(djazia)  : Le métissage n’ était pas un concept fondateur de la musique dans « mig ». Elle se voulait trip-hop, en anglais… Si ce n’ est que le chant était déjà marqué d’ accents et d’ intentions arabes. Par la suite la musique s’ est enrichie de nouvelles sonorités. On a écouté d’ autres musiques par le biais de différentes rencontres et petit à petit cela a teinté notre propre univers.
Puis l’ idée de chanter en arabe s’ est imposée très vite.
Les chansons en arabe sont pour moi de véritables terrains d’ expérimentation. Dans « mig », les textes sont écrits en arabe algérien (et même algérois !) par un parolier que j’ estime être une perle rare ! Ce sont des textes actuels, poétiques et qui puisent des références dans la culture algérienne : la musique, la langue, les images, le patrimoine…
Le but n’ est pas simplement d’ importer des consonances folkloriques mais de proposer un travail d’ écriture original, qui ait du fond en même temps qu’ un intérêt artistique. Avec une telle richesse de sens, mais aussi de sons, on a envie de créer l’ inattendu dans la musique, de confronter des univers. D’ autant que le trip-hop est une musique qui se prête parfaitement aux images évoquées dans les textes.

En cela, le « métissage » n’ a pas été « conceptualisé » au départ.
Il y a des démarches qui deviennent des évidences, qui s’ imposent à soi parce qu’ elles font partie de nous. « mig » est comme un chemin qui révèle les envies de chacun, propres aux bagages culturels et artistiques des uns et des autres : je pense par exemple que chanter en arabe n’ est pas simplement un effet de style mais c’ est aussi un lien avec des origines, avec une langue.
(mat)  : Cela s’ est fait naturellement en piochant les choses qui nous plaisent dans différentes cultures. C’ est également dû à nos origines diverses et à une volonté de ne pas s’ enfermer.

MAA  : Que pensez-vous de la scène electro trip-hop française ?
(mat)  : Pour être tout à fait franc, je ne la connais pas ou peu.
(piero)  : Je ne suis pas trop au courant non plus de tout ce qui se fait mais je suis toujours avec intérêt l’ actualité de nos voisins lyonnais du Peuple de l’ herbe et celle du label Jarring en général.

(djazia)  : Je ne la connais pas vraiment mais je trouve que d’ une manière générale, une vague d’ artistes français plus ou moins dans cet esprit est vraiment intéressante : Meï tei cho, Le Peuple de l’ herbe, Camille, Mélampyre etc…

MAA  : Est-ce facile de trouver ses marques, de s’ imposer par rapport aux autres groupes (plus connus ou en phase de reconnaissance) ?
(mat)  : La question ne se pose pas vraiment dans ces termes. On ne raisonne pas par rapport aux autres groupes, ni en voulant s’ imposer, ni en cherchant à se démarquer ; mais plutôt par rapport aux envies musicales que l’ on a et à la cohérence de notre propre univers sonore.
(djazia)  : Je pense que ce qui importe, c’ est de se placer dans sa musique. Le reste est une histoire de moyens de diffusion que l’ on a plus ou moins pour arriver dans des oreilles qui, elles, choisissent…
Nous avons eu la chance, pour « dhikrayat », de bénéficier d’ une promotion qui nous a fait découvrir à un public. Dans le fond, il ne s’ agit pas d’ évincer les autres, mais de se faire entendre aussi, d’ avancer soi-même dans la diversité de ce qui se fait.
(piero)  : C’ est une question qui est en rapport, comme le souligne Djazia, avec le business musique. En effet l’ impact d’ un groupe sur le public dépend beaucoup des moyens mis en oeuvre pour le faire connaître. Il ne s’ agit pas simplement d’ exister artistiquement mais aussi médiatiquement.

Trouver ses marques, que ce soit pour composer ou pour élaborer une stratégie de développement c’ est aussi faire des choix, des erreurs et continuer en en tirant les leçons. Il y a dix mille façons d’ atteindre ses objectifs ; il faut simplement essayer de rester en accord avec ce que l’ on est.

MAA  : N’ est-ce pas difficile, aujourd’ hui, avec toutes ces sonorités trip-hop/dub différentes de se démarquer et de trouver un créneau original qui sort de la masse ?
(djazia, mat)  : On ne cherche à se démarquer par rapport à ce qui se fait dans le trip-hop électro uniquement, mais d’ une manière générale, parce que ce projet tire aussi ses inspirations d’ autres couleurs musicales, éloignées du trip-hop. Et c’ est en même temps ce qui nous place.
Dans notre travail, on cherche toujours à ne pas tomber dans tel ou tel style marqué même si on en emprunte des couleurs (les sons arabes, les rythmiques ternaires plus présentes sur le prochain album, les rythmes en 7 temps, des samples ethniques, des débits ragga….) Et ce sont ces couleurs, étrangères au trip-hop à proprement parlé, qui nous différencient du même coup.

MAA  : Comment fonctionnez-vous sur l’ écriture, la composition ? (les compos se mettent en place comment ? qui lance les idées de départ ? qui a le dernier mot ? qui s’ occupe des arrangements ?)
(djazia)  : Dans le groupe, tout le monde peut composer, jeter ses idées, proposer des instrumentaux. L’ existence d’ une mélodie ou début de mélodie de chant détermine un travail plus précis sur tel ou tel instrume. Alors, on s’ échange la version, on travaille en atelier pour faire évoluer le morceau jusqu’ à son stade final.
D’ une façon générale, étant sur la même longueur d’ ondes, les choses se bouclent facilement. Chacun donne son avis sur les morceaux jusqu’ à la fin. Et ça fonctionne…
L’ intérêt étant dans la confrontation d’ idées qui débloque parfois des situations, et dans la richesse de la matière proposée…
(mat)  : Les compos viennent de petites idées que chacun propose (grille, formule rythmique, ambiance sonore…) et que chacun enrichi à sa façon. C’ est la sensation que l’ on a ou pas qui a le dernier mot.
(piero)  : C’ est un long processus à chaque fois différent. Tout le monde y participe à un moment ou à un autre. On parle aussi beaucoup des sensations recherchées et de la façon de les réaliser. Il n’ y a pas vraiment de méthode mais une envie certaine de se renouveler et d’ essayer des choses. Djazia prend en charge les mélodies (lead et choeurs) et tout le monde participe aux arrangements. Brain s’ implique aussi beaucoup dans le travail de son et d’ arrangement et nous amène le recul nécessaire pour valider les choses en bout de course.

MAA  : Quelles sont vos influences musicales ?
(mat)  : Toutes les musiques (mais moins les musiques pop et rock) ainsi que la lecture, le cinéma, la peinture…
(piero)  : En vrac : Smoke City, Massive Attack, Portishead, Fugees, Bjork, Nusrat Fateh Ali Khan, Cam, Franck Sinatra, Tom Waits, Finley Quaye, Nina Simone, Donny Hathaway, Michael Jackson, Arthur H, les BO de films…Diverses, elles sont souvent associées à des rencontres.
(djazia)  : Ils ont tout dit au-dessus !!! J’ ajouterai la musique traditionnelle arabe, des rythmiques afro : Oumou Sangare, Rokia traore… Asian Dub… Difficile de différencier ce qu’ on aime de ce qui nous influence à plus ou moins forte dose !! En plus ça dépend des périodes…

MAA  : Qu’ est-ce qui tourne actuellement sur votre platine ?
(mat)  : roots manuva : awfully deep

burhan öcal : jardins ottomans
robert schumman : scenes d’ enfants
george brassens
sayat nova : on s’ en pose

(piero)  : beck : midnight vulture
chopin : suites pour piano
roots manuva : awfully deep

smoke city : flying away
camille : le fil

(djazia)  : oumou sangare
roots manuva : awfully deep
djay-z
rokia traore
camille

MAA  : Pour chacun d’ entre vous, que pensez vous de Massive Attack ?
(djazia)  : Au total, je m’ aperçois que je connais peu… Ce que je ressens c’ est une profondeur de son, et un univers étrange. J’ aime l’ esprit. Je mentirais en disant que je suis fan pour m’ attirer les bons augures des internautes abonnés à votre site !!! Toutefois, je suis intriguée de mieux connaître… Bon… j’ y vais tout de suite… !!
(mat)  : Ils ont ouvert la porte à un tout nouvel univers musical qui n’ existait pas auparavant, ils sont une référence dans ce style-là.
(piero)  : C’ est Arno (Jarsaillon, le concepteur de nos pochettes ainsi que de tout le visuel du groupe) qui m’ a fait découvrir Massive Attack. À la première écoute du « Blue Lines » ça a été la gifle ! Celui-ci, « Protection » et « Mezzanine » tournent encore régulièrement chez moi. J’ ai moins accroché sur la suite mais ça reste un incontournable.

Questions à Djazia :
MAA  : Comment travailles-tu les mélodies vocales ? les textes ? arrives-tu en studio avec tout préparé ou laisses-tu l’ inspiration du moment te guider ?
(djazia)  : Souvent, je commence par improviser à la voix sur une version instrumentale. Le fait de travailler sur ordinateur me permet d’ enregistrer tout ce qui me passe par la tête, les notes, des bouts mélodies, des nappes de voix harmonisées…. Je cherche alors une idée assez pertinente pour en faire un fil directeur, un propos de départ. Bien souvent, je fais de nombreux essais et j’ enregistre beaucoup de voix avant d’ arriver à quelque chose qui me paraisse intéressant !!!
Ensuite, c’ est une succession d’ essais, de recherche de notes, de variations pour arriver à une mélodie complète. Une mélodie peut passer par différentes phases avant d’ aboutir souvent à une forme d’ évidence ! Parfois des mélodies viennent plus vite que d’ autres… Tout est beaucoup question de sensations… Je ne procède pas en la matière d’ un point de vue technique, mais plutôt avec le feeling… Je cherche beaucoup à trouver une justesse de ton, une intention de chant… C’ est très important à ce stade de la composition… La mélodie ne suffit pas, il faut aussi trouver la manière de l’ interprêter… Souvent, ça va de paire.

Les textes sont souvent écrits sur la base de mélodies à quelques exceptions près. Y compris les textes que je n’ écris pas : souvent, le parolier écrit sur la base de mélodies plus ou moins abouties et respecte une métrique, c’ est à dire les longueurs des phrases chantées. C’ est ce que je fais aussi lorsque j’ écris.
Sur « dhikrayat », au contraire, les textes de K.S ont été écrits, puis mis en musique.
Aujourd’ hui, on axe plus qu’ avant le travail sur les mélodies, composées librement sans contraintes de phrases existantes, puis on crée le texte en choisissant les sonorités, en respectant le débit et les intentions suggérées par le chant.

Les textes ont toujours été pour moi une facette de la musique, parfois un outil pour faire exister des mélodies. J’ ai pourtant un rapport de plus en plus intime à l’ écriture. Ce n’ est pas ce qui m’ a amené à la musique, mais j’ y trouve aussi un moyen d’ exprimer de la sensibilité et de l’ émotion…. même en anglais !!!
Les thèmes abordés ont souvent pour origine quelque chose de vécu : une émotion forte, une expérience particulière, une sensation, un état d’ âme transformé en histoire, en images… Parfois aussi, cela peut s’ inspirer de l’ atmosphère musicale d’ un morceau, d’ une intention de chant particulière….

Jusqu’ à présent, j’ arrivais en studio avec mes parties chants prêtes. Il peut toujours y avoir des impros, des essais sur le moment, mais la base doit être solide. Je pense qu’ il est préférable en studio d’ être au point. Pour que justement les idées en plus soient du bonus…

MAA  : Pourquoi fixer les gens dans les yeux pendant les concerts ?
(djazia)  : C’ est une question qui me questionne ;) je vais ESSAYER de répondre.
Les concerts sont pour moi des moments très particuliers. Ce sont des moments ou on partage quelque chose d’ intime avec des gens qu’ on ne connaît pas. Cette ambivalence me fascine. J’ ai souvent besoin de ressentir les gens, d’ avoir un échange. Parce que le public n’ est pas qu’ une masse, c’ est un ensemble d’ individus…

Ca me touche… profondément… alors peut-être que je cherche à voir ces individus, à accorder des petits moments d’ échange particulier à travers le regard. Ce n’ est pas seulement, un face à face dès lors que vous regardez les gens. Le regard est un échange, un lien, un signe…. Voilà…

Questions à Mat :
MAA  : Sur les compos, tu bosses directement la batterie ou passes-tu d’ abord par des programmations rythmiques sur des softs ?
(mat)  : Ca dépend des compos. ce peut être l’ un, l’ autre ou dès le début un mélange des deux. Ce qui est sûr, c’ est que ça passe toujours par l’ ordi à un moment donné (pour travailler des boucles enregistrées et/ou programmées). Mais la plupart du temps, c’ est dans la tête que ça commence : écouter une instrume et réfléchir à quoi faire dessus. Ensuite se laisser porter sans trop y penser. Chaque morceau a son histoire propre.

Questions à Piero :
MAA  : Comment abordes-tu les compos à la basse, par rapport à un son ? une ambiance ? ou je ne sais quoi ?
(piero)  : Il n’ y a pas de règles ou d’ habitudes. C’ est un curieux et long processus dans lequel la basse n’ a pas plus d’ importance que le reste. Comme tu le dis un son, une ambiance ou une ligne de basse ou de voix peuvent être à l’ origine d’ une compo ou au moins d’ une envie d’ approfondir la sensation qu’ il ou elle inspire. Parfois je me donne certains cadres pour m’ obliger à ne pas tomber dans certaines recettes déjà utilisées ou pour essayer un terrain sur lequel j’ ai moins l’ habitude d’ aller (tempo plus rapide ou choix d’ un instrument particulier…). Je fonctionne chez moi avec un clavier, une guitare, une contrebasse, la basse et les machines. Après les instrumes circulent beaucoup entre nous avant d’ arriver au résultat final. C’ est surtout l’ échange avec les autres qui me fait avancer. D’ une part on se laisse aller en jetant pleins d’ idées en vrac avec la confiance que les autres feront le tri de ce qui est bien ou pas, et d’ autre part nous discutons aussi beaucoup des sensations recherchées. Mat et Brain ont une bonne expérience sur les machines et les patterns batteries donc je ne pousse jamais trop loin la réalisation de ce genre d’ éléments. Je fais souvent le lien avec Djaz avec qui on travaille beaucoup sur les structures et l’ aspect plus chanson du morceau.
Sinon ce sont des envies du moment ou l’ influence de ce qui tourne sur ma platine qui m’ orientent plus ou moins consciemment dans telle ou telle direction.

MAA  : Quel materiel utilises-tu ? (basse, ampli, fx)
(piero)  : Une vieille Jazzbass fender dont je ne connais pas l’ année précise, mais qui est plus âgée que moi sans aucun doute, et une contrebasse.
Pour l’ ampli, je n’ en ai pas. Je suis le plus grand « taxeur » d’ amplis basse de tout Grenoble ;) mais celui que je préfère taxer c’ est une tête Ampeg à lampes et le baffle qui va avec (8/10 pouces). un jour ‘ ch allah….

Sur scène, j’ utilise la « loopstation rc-20″ de boss pour envoyer certains sons travaillés en amont sur l’ ordi.

Alpha

-  Corin et Andy ont chaleureusement accepté de se prêter au jeu de nos « web-interviews », un petit survol de l’ univers de Alpha et quelques mots sur leur dernier album « Lost in a garden of clouds » sorti à la rentrée 2004.

-  Merci infiniment à eux…

http://www.alphaheaven.com

(JPEG)

MAA  : J’ aimerais savoir comment s’ est passé votre rencontre et comment est née cette envie commune de faire « cette musique ».
Corin  : On s’ est rencontré à Bristol, dans un studio appelé PIJ. J’ y travaillais comme ingénieur, et Andy s’ est présenté avec son projet “Static sound system’ ‘ J’ ai participé à l’ enregistrement de nombreux morceaux pour eux pour le Label Cup of tea. Puis j’ ai eu l’ occasion d’ écouter d’ autres démo d’ Andy, et j’ ai alors pensé que je pouvais leur apporter quelque chose. Après quelques sessions chez Andy, on a lancé « l’ Alpha sound ».

MAA  : Je n’ ose pas vous classer dans un genre musical, mais vous-même, Comment qualifiez vous votre musique ?
Corin  : Le style, c’ est dur à définir… Je pense que c’ est plus ce que vous ne voulez pas mettre dans une musique que ce que vous voulez y mettre. On essaye d’ éviter les Break beats que l’ on utilisait beaucoup dans les projets précédents auxquels nous avions participé. On voulait aussi créer quelque chose d’ assez classique, avec des vrais instruments à cordes et un son assez intemporel… quelque chose pour lequel nous avions besoin d’ argent !

MAA  : Quel est le passé musical de chacun de vous et quelles sont vos influences ?
Corin  : J’ ai grandi dans une famille de musiciens. Mes frères jouaient de la musique, bien mieux que moi, et étaient membres de groupes. Ma mère chantait dans une chorale. Je me suis toujours intéressé au coté enregistrement et à 13 ans, j’ ai commencé à enregistrer le groupe de mon frère. Mes influences sont vastes, étant le plus jeune, mes influences musicales ont d’ abord été ce que les autres autour de moi écoutaient : Beatles, Beach boys, Haircut 100, Elvis, Barbara Streisand, Dave Brubeck, XTC. Puis, plus tard, quand j’ ai pu me forger ma propre identité musicale, ce fut plus électronique : , Orbital, Shamen, The orb etc

Andy  : J’ ai joué (mal !) sur des guitares à trois cordes dans des groupes punks quand j’ étais à l’ école, puis j’ ai suivi les cours d’ une école d’ art ou j’ ai pu approcher les questions de musique expérimentale… J’ ai découvert avec plaisir les bases de ce qui a influencé toute la musique par la suite. J’ ai grandi comme beaucoup, en écoutant ce que mes parents écoutaient, Neil Diamond, les Carpenters, de la Country etc. Le punk ce fut une révélation… Mon Epiphanie ce fut d’ entendre 23 Skidoo dans un club… Puis, de plus en plus, j’ ai écouté Sinatra, Bacharach, Scott Walker, des bandes originales etc. Puis, au fil du temps l’ argent
manquant, j’ achetais des disques pas chers dans des ventes de charité… J’ ai alors découvert un monde d’ obscure brillance…

MAA  : Comment percevez-vous les critiques que l’ on peut faire sur votre musique (presse…) ?
Corin  : Ils disent toujours des trucs assez positifs sur notre musique, rien à redire. Il y a même quelqu’ un qui a dit, je crois, que je sonnais comme Kylie Minogue.
Andy  : il y a eu une ‘formidable’ review dans laquelle ils ont dit : qu’ ils préféreraient se couper les paupières et lire toutes les romans de Jane Austin plutôt que de réécouter notre disque. Ca nous a fait marrer.

(JPEG)

MAA  : Est-ce que vous arrivez facilement à définir précisément le moment où un morceau est fini, ou lorsque vous les réécoutez par la suite vous vous dites que vous auriez pu le faire autrement… ?
Corin  : Je pense presque toujours qu’ on aurait pu mieux faire. Ce n’ est pas facile de décider quand un morceau est OK… le risque, c’ est d’ en faire trop, de perdre son impulsion originelle, les premières vibrations, et de le tuer pour ainsi dire. On a bien senti que certains morceaux de « The Impossible Thrill » ont perdu leur sens premier à certains moments. On a donc fait un effort pour garder les choses plus simples et de ne pas aller trop loin sur « Star gazing »…

MAA  : Comment fonctionnez-vous sur l’ écriture, la composition ?

Corin  : On aborde nos chansons de façons différentes, parfois avec un refrain, parfois en jouant la partie cordes… certaines chansons peuvent faire naître une autre idée pour une autre chanson … On aime bien partir de refrain… mais un bon refrain ce n’ est pas facile !

MAA  : Vous avez sorti vos premiers albums sur le label Melankolic. Pouvez-vous nous dire pourquoi ce label a arrêté ses activités ?
Corin  : Virgin tirait les ficelles chez Melankolic donc ça a été la fin. On voit encore Massive Attack. Il n’ y a pas de malaise.

MAA  : Comment s’ est faite la rencontre avec Massive Attack ?
Corin  : On a fait un single sur un label de Bristol qu’ on a ensuite présenté à Massive Attack, ils ont aimé et demandé plus… On le leur a donné. Ils ont aussi aimé. On s’ est donc rencontré Mud Dock café à Bristol.

MAA  : Est ce que vous avec encore des contacts avec eux ?
Corin  : Oui.

MAA  : « Lost in a… » est un album entièrement instrumental, est ce que malgré tout Helen, Wendy, Martin et Kelvin ont travaillé dessus ?
Corin  : Non.

MAA  : Qu’ en est il de leurs carrières solos ?
Corin  : Et bien Helen travaille sur son prochain album qui, nous l’ espérons, sortira cette année. Wendy devrait aussi sortir un disque cette année.

Kevin a déjà sur le grill un projet appelé ‘’ The Heavy’ ‘ . Ils ont déjà joué en public et cela c’ est très bien passé. L’ album qui arrive est bon, presque fini, et doit juste s’ étoffer. Il y a déjà un morceau à télécharger sur notre site : www.alphaheaven.com

MAA  : Quelle a été votre approche pour « Lost in a… » comment le situez-vous par rapport à « Come from heaven », « the impossible thrill » et « Stargazing » ?
Corin  : Lost in a garden of clouds est né de mix pour le cinéma que l’ on avait enregistré et joué en Europe. On nous a demandé à Andy et à moi-même de refaire des musiques pour certains vieux films et de les jouer avec laptops, claviers, effets etc ; dans des salles de cinéma. On a en fait ré écrit certaines mélodies et on en a écrit d’ autres puis on a mêlé le tout dans un album… un peu comme la bande son d’ un film imaginaire

MAA  : L’ absence de voix créée une sorte d’ uniformité, cet album se prêterait une nouvelle fois très bien à l’ accompagnement d’ un film : a vez-vous déjà composé pour un film ? avez-vous un/des projets dans ce sens ?
Corin  : On adorerait faire une BO. Certaines de nos musiques ont été reprises dans des films, mais on attend toujours que l’ on nous demande de faire une BO !

MAA  : De quels films sont tirés les samples sur le nouvel album ?
Andy  : Je ne peux pas vraiment répondre à cela. La plupart des samples proviennent de sources que les gens trouveraient surprenantes. La loi qui règlemente l’ usage des samples est néfaste à la créativité.

MAA  : Allez-vous partir en tournée ? avez-vous déjà des dates de prévues pour marquer la sortie de « Lost in a garden of clouds » ? (un petit scoop ????)
Corin  : Désolé ! Pas encore de tournée prévue. Wendy attend des jumeaux, elle est donc quelque peu occupée pour le moment, donc on attend. On a beaucoup travaillé sur différents projets, en studio… Je pense que l’ on à facilement 5 à 6 albums dans les ordinateurs d’ Alpha donc on a de quoi faire… Je viens de terminer un album pour Jamie Roberts, ‘Delta’ … Je ne sais pas encore quand il va sortir, mais ce sera sur notre site et notre forum.

MAA  : Votre « nouveau » site web semble très important à vos yeux, est ce que maintenant c’ est vous et uniquement vous qui tenez les reines ?
Corin  : C’ est génial de s’ en occuper. Rien que de s’ occuper de la mailing list c’ est extra… je n’ imaginais pas le nombre de personne qui s’ inscriraient…Nous pensons en, fait que nous ne nous en occupons pas assez… il n’ y a pas assez de téléchargements… mais ça va venir ! Notre forum aussi est cool. Internet c’ est super, ça prend de l’ importance, et c’ est excitant. On envisage aussi de lancer une station de radio prochainement. Pour y jouer les musiques qui nous ont influencé et passer aussi des inédits, des remix…Les auditeurs pourraient se créer des play list de leurs morceaux favoris, on peut même imaginer de lancer des sondages sur des démos que l’ on passerait pour savoir ce que les gens en pensent et que l’ on retravaillerait ensuite. Il y a tellement de possibilités avec Internet. On attends actuellement la version digitale téléchargeable de « Lost in a garden… »

MAA  : Nous connaissons assez mal « Vacant » votre autre groupe, pouvez-vous nous en parler ?
Corin  : Vacant est notre projet danse. On va sortir un Vinyle 12 pouces ‘Dogger’ . On aime tous la « dance music » et c’ est une chance de pouvoir travailler ce que l’ on ne peut pas mettre dans Alpha.

MAA  : Vous avez créé votre propre label « Don’ t touch » quels sont les autres groupes proposés par ce label ?
Corin  : Don’ t touch en est encore à ses débuts… On a d’ autres projets en studio qui pourraient sortir sous Don’ t touch, ou via un label plus important…

MAA  : Qu’ est ce qui tourne en ce moment sur vos platines ?

Corin  : Rien elle est cassée bien que mon « cd player » a eu de tout, de Queen à Tim Buckley.
Andy  : J’ écoute toujours beaucoup de choses assez anciennes, beaucoup de hip hop, les nouveaux disques de Rodney P, Roots Manuva sont supers. J’ écoute aussi des morceaux de dangermouse, starving artist collective, gift of gab, maroon, m.f.doom et j’ ai reçu récemment une copie de « something for everyone » de Sammy Davis jnr

Dot Allison

-  Dot tell us about her work and her next album.

-  Thanks to Jeff, from http://www.dotallison.com , for the contact.

(JPEG)

About you, Dot…

-  Are you currently working on your next album? What kind of musical orientation does it take? (Jamaïca Aroma/Dissolved Girl)
Dot Allison : Yes I am working on another solo LP I have written all the songs and am just getting ready to present them to producers. The direction is quite alt. country/folk. Not so electronic this time, quite organic with more guitar and traditional intrumentation. I played my songs to Andy Weatherall and he likened them to Emmy-lou Harris meets the Velvets. He also mentioned the LP ‘ No other’ by Gene Clark which I have adore, so he was spot on. It is very lyrical and vocal led. Full of heart-felt intimate moments, Andrew reckons it is my strongest work to date, it is exciting to get that kind of feedback!

-  I’ ve been wondering about « Private Message » for a while . Does it has something to do with Françoise Hardy? Do you know other French artists? (Dissolved Girl)
Dot Allison : Yes it is a direct allusion to Francoise Hardy. I have the 7″ and that LP. I quoted the B-side, ‘ Premier Rencontre’ in Mo Pop. I like Serge Gainsbourg, I bought ‘ Melody Nelson’ in a little Parisian market and was blown away by the string arrangements. Beck seems pretty influenced by them on ‘ Sea Change’ .

-  You collaborate with Massive Attack, Death in Vegas, arab strap, slam ….does it interfere a lot in your personal career? How do you deal with it? (Jamaïca Aroma)
Dot Allison : It is pretty enriching to work with other artists and to see how their process comes together. There is something about the chemistry when there is more than one human and they brainstorm on ideas. It takes you both/all tangentially somewhere completely different and that is quite magical. I do find it can interfere with schedules and that sort of thing however I just judge each situation on its own merit. If I feel inspired I will make time to include a collaboration. I am lucky that I have been a bit of a free agent and could decide to pop off on the road with Massive….for almost 18 months all in. I would go tour with them given the opportunity because I love the music and 3-D is one of the funniest men I have met so it is great fun.

-  Working solo or with a band… what do you prefer? (Dissolved Girl)
Dot Allison : Mme, that’ s a hard one. Both situations have their positive points. Being solo means you never have to worry about decisions being a comittee scenario, so it can be uncomplicated and artistically you can do what you like, however it is bloody petrifying on your lonesome sometimes.

Being in a band can be amazing as you feel part of a gang with your group manifesto and in some ways protected or insulated from the inevitable stresses. But it can be hard to incorporate everyone’ s ideas and not offend if you just don’ t ‘ feel’ a track or lyric as it is all so personal at the end of the day…

(JPEG)

Massive Attack…

The meeting :

-  Where and when did you decide to work with Massive attack? – How did you meet them? (Jamaïca Aroma & Dorothy_Wave)
Dot Allison : I first met 3-D in Orinoco studios where he was working on a track with Liam Howlett and I was remixing St Etienne. We got talking in the lounge and he commented on liking what he heard of my mix. Then his manager approached me with a bundle of CDs from Melankolic explaining that after Orinoco D had got my solo LP ‘ Afterglow’ and loved it. We did some sketching in the studio and then stayed in touch. He asked me to tour with them and we will work on future projects together. We recorded ‘ Aftersun’ for the movie, ‘ Danny the Dog’ .

-  Why did you decide to work with them? (Dorothy_Wave)
Dot Allison : Because I was always a fan of their music.

-  What is it like to work with Massive Attack?, what did you learn from working with MA during the last 2 years? (Richard & Aurélien aka 3D)
Dot Allison : I learnt that I have really come of age as a singer. Filling Liz Fraser and Sinead’ s shoes on stage feels like quite an accomplishment.
Also I am very shy really so to go into the studio environment with them was quite a big deal for me being used to working alone a lot. I learnt how much I have grown and yet still feel I have not yet reached my potential at the same time. I was a great inspiration to push myself further and further.

On stage :

-  What’ s the funniest thing that ever happened to you on stage with Massive Attack? (Carole)
Dot Allison : Probably in Budapest when under the lights being blonde, I got attacked by about 10 preying mantices. They are big, mean looking fuckers and they just started landing on me during ‘ teardrop’ . There was even one staring at me on the tip of the mic i had to calmly brush off! The guys were pissing themselves when I finally got off stage still pulling them out of my hair. Somehow I managed not to drop a note!! That’ s adrenalin I think.

-  Were there any unforgettable anecdotes while touring with MA? (Dorothy_Wave)
Dot Allison : Oh yes, Many many mostly involving vast quantities of rose wine. Ask Angelo about Don C. his alter ego..

-  How do you feel when you perform with Massive Attack? (Dorothy_Wave)
Dot Allison : Very relaxed actually. Except when I got Laryngitis and had to sing to the best of my ability. It was petrifying as I had no idea what would come out when I went for a note.

-  Among all the Massive Attack songs you performed on stage, which one do you prefer and why? (Dissolved Girl)
Dot Allison : Teardrop without a shadow of a doubt. It is inordinately beautiful and an honour to sing.

-  Will you be part of the next tour? (Aurélien aka 3D & Unknown_user)
Dot Allison : I do hope so.

-  What cities did you remember best while touring with Massive Attack? (Dorothy_Wave)
Dot Allison : I remember Tokyo , Moscow and Verona . We played the Verona Amphitheatre which was humbling. Mostly the 3000 year old amphitheatre in Lebanon . Singing under the stars surrounded by the energy of such history….amazing.

-  What cities do you like most – big ones (like Moscow etc) or little ones (like Riga etc)? (Dorothy_Wave)
Dot Allison : It depends upon the charm of a place and I love a sense of history I must say.

Collaborating with Massive attack :

-  What was you participation to Danny the Dog? What do you think about the final result? (Angelina & DG)
Dot Allison : I co-wrote and sung with the guys. To be honest I would prefer to work on a track where there is not a film production company in the background. I reckon we will make an astounding track with the right time and energy. We love aftersun as a song, but we would like to hear a different mix.

-  Massive Attack seems to be working on their next album. Will you be part of it? If so, did you already start working on it? (Unknown_user & Dissolved Girl)
Dot Allison : Not yet. I hope so it would be cool to get involved and throw some ideas around.

-  Any word about LP5? (Richard) – Could you give us a hint about guests on LP5? (DG)
Dot Allison : Sorry no clues,

-  According to you, what is the best Massive Attack album? (Angel68th)
Dot Allison : my favourite LP is Mezzanine.

-  In a few words (4/5) how would you describe 3D, Daddy G and Horace’ s personality? (DG & Dorothy_Wave)
Dot Allison : 3-D very smart, funny and warm. G is smart and a lovely man it took me a little longer to get to know him. Horace is such pure soul and very funny also and so down to earth.

-  I’ d like to have your opinion about the different changes among the band ( tricky and Mushroom’ s departure, Daddy G taking his distances…) (Axekiller)
Dot Allison : I cannot comment on those changes as I was not part of those processes

About you… again

-  What do you listen at the moment? What kind of music do you like the most? (DG & Future Proof)
Dot Allison : Carter Burwell, Gene Clark, Iron and Wine, Nick Cave , Elliot Smith.

-  Which bands did you listen in the 80′ s? Did they influence your work? (DG)
Dot Allison : New Order, Soft Cell, Joy Division, Iggy Pop, Jesus and Marychain, Buzzcocks, bit of Depeche Mode, Early trax records, Mr Fingers, The real Roxanne, Salt n Peppa early (I’ ll take your man etc) Zapp, Maceo and the Macks, Hamilton Bohannon.

- If you hadn’ t become a singer, what other job would you have done? (Angelina)
Dot Allison : Maybe I’ d have tried to become a published writer. I was doing a degree in Biochemistry with a view to doing Medicine but I have a feeling I’ d have tried something else creative.

- What do you like to do in your spare time? (Angelina)
Dot Allison : Writing poetry/prose. Films and friends.

- Do you have a diet and exercise programme to stay fit? (Angelina)
Dot Allison : Lots of vegetables, not too much caffeine or sugar. Bikram Yoga.

- What ambitions do you have for the future? Personal & professional (Angelina)
Dot Allison : Enlightenment and to publish some poems or prose…

Thanx Florence aka Maiz for her help.

Nicolette

-  Est-ce bien utile de re-situer Nicolette dans l’ univers et le parcours de Massive Attack ? Collaboratrice vocale pour seulement deux titres de l’ album « Protection » en 94 (Sly et Three), la plus belle des Geishas pour le clip de Sly justement. Et surtout une voix sublime.

-  Nicolette est une jeune femme très généreuse, à fond dans ce qu’ elle fait. Elle sort actuellement son 3 ème album « Life Loves Us » et dans cette interview accepte de revenir sur sa rencontre avec Massive et de nous parler de sa carrière personnelle.

(JPEG)
MAA  : Les fans de Massive Attack ont eu la chance de vous découvrir en 94 sur l’ album ‘Protection’ pour deux titres : Sly et Three. Comment avez-vous fait la connaissance du groupe ?

Nicolette  : Ils ont entendu mon premier single de l’ époque, “wicked mathematics” et ils ont contacté mon manager, lui demandant si je voulais bosser avec eux sur quelques morceaux. Cela m’ a vraiment surprise, parce que l’ on vient de deux mondes musicaux totalement différents. En même temps, j’ étais très contente parce que ce sont des musiciens que je respecte beaucoup et parce que c’ était un challenge attirant pour moi de faire quelque chose d’ aussi différent. Ils m’ ont fait venir à Bristol pour les rencontrer, on a bien accroché… et voilà !

MAA  : Quels souvenirs gardez-vous de votre collaboration avec eux ?
Nicolette  : Ils ont été super gentils avec moi… c’ est vraiment le sentiment que j’ en garde. Ils faisaient attention à ce que je sois bien… tout était simple et facile. Avec shut up and dance, j’ avais pris l’ habitude de travailler vite dans des petits studios : tout dans la même journée… avec MAA on travaillait dans un grand studio, cher, avec une tonne de personnel… c’ était cool et luxueux.

MAA  : Avez-vous quelques anecdotes à nous raconter au sujet de cette collaboration ?
Nicolette  : Lorsque on est allé à New-York pour tourner la vidéo je suis arrivée 1 jour après tout le monde… J’ ai appelé 3D et on est sorti chercher des hot-dogs. J’ étais vraiment toute excitée d’ être à New-York pour le première fois et je voulais enfin goûter un vrai hot-dog new-yorkais

MAA  : Est-ce qu’ une autre collaboration avec Massive Attack serait envisageable selon vous, ou bien cela est du passé ?
Nicolette  : Je pense que c’ était une fois unique. Tenter de le récréer serait artificiel

MAA  : Nous avons eu le plaisir d’ interviewer il y a peu de temps le réalisateur Stéphane Sednaoui pour le clip Sly (dans lequel vous participez) : comment s’ est passé le tournage ? Est ce que vous avez aimé faire ce clip ?
Nicolette  : Stéphane est vraiment un type adorable. Il a tout fait pour me faciliter la vie pendant le tournage… et ce tournage était très fun. C’ était comme jouer à faire semblant comme quand on est petit, mais avec des costumes bien plus jolis. C’ était presque comme le tournage d’ un film, il y avait beaucoup de personnel,… dont deux qui devaient me porter quand je marchais… parce que je portais ces chaussures de geisha qui n’ ont qu’ une arête très fine en guise de semelle. Ca ne se voit pas dans la vidéo, mais cela ajoutait de l’ authenticité à ce que cherchait Stéphane.
(JPEG)
MAA  : Vous avez fait plusieurs participations vocales avec d’ autres artistes, lesquels sont ils ?
Nicolette  : Plaid, bien sur. Ils ont produit certaines de mes chansons et j’ ai écrit les paroles d’ une des leurs. Extork sur leur album « not for threes ». Ce sont les plus gentils gars du monde et de bons amis. Il y a aussi Bang Gang, enfin, mon pote Bardi Johansson, avec qui on a fait une chanson, « contradictions » qui est sur son album « something wrong »… J’ ai aussi fait un truc avec un artiste français, Le tone, une chanson qui s’ appelle « Lately ».

MAA  : Votre actualité c’ est la sortie de votre 3 ème album ‘Life loves us’ pouvez-vous nous en dire quelques mots ?
Nicolette  : « life loves us » est en quelque sorte une suite de mon album précèdent. Ce dernier consistait essentiellement à dire qu’ il faut affirmer sa liberté. « life loves us » explique que faire une fois cette liberté acquise. « life loves us » est vraiment positif et réjouissant dans la mesure ou je sais maintenant que je suis libre… Par conséquent c’ est à la fois sensuel et sauvage je l’ ai programmé et produit moi même et donc le son est plus homogène, mon style est enfin affirmé et vraiment j’ aime ce CD de tout mon coeur.

MAA  : quelles sont les différences, les similitudes avc ‘Let no-one live rent free in your head’ and ‘Now is early’
Nicolette  : Bien … les différences d’ abord. ‘ now is early’ était vraiment sur le thème de la découverte de soi, des merveilles de cette découverte et sur le fait que c’ est cette découverte qui te connecte au monde qui te fait réaliser que tu fais partie de ses beautés et de ces merveilles comme ce merle noir avec son superbe bec jaune ou cette fleur qui te sourit « let no-one live rent free in your head’ part de cette découverte pour aller plus profondément vers l’ exploration des merveilles de ta propre humanité et le rejet de tout ce qui pourrait t’ empêcher de le faire pleinement
Les similitudes… « Now is early” et « Let no one.. » reprennent toutes les deux le thème de la liberté. Pour moi c’ est vraiment le but ultime dans une vie parce que c’ est cela qui t’ amène au bonheur et que le bonheur est un droit essentiel… N’ importe qui qui dirait le contraire serait un menteur !

MAA  : Comment écrivez-vous et composez-vous une chanson ? Qu’ est ce qui vous inspire ? quels sont les sujets qui vous tiennent à coeur ?
Nicolette  : Certaines chansons me viennent parfois toutes formées… par exemple j’ ai rêvé “Wholesome” (sur mon dernier album) de façon presque intégrale.
Plus souvent c’ est une phrase, un mélodie qui me vient en tête et qui finit généralement en refrain. Si elle ne s’ en va pas avant, je la chante, l’ enregistre, je monte une piste autour. Une fois que c’ est fait, j’ improvise des paroles autour, des ponts musicaux jusqu’ à ce que j’ ai quelque chose de bien. Mais c’ est vraiment biologique… n’ importe quel musicien te dira que vraiment ce sont les chansons qui les visitent, qui les suivent, qui pénètrent leur âme. C’ est en fait alors à toi de les suivre… si tu essaies de prendre la main … c’ est la catastrophe. Donc, en fait, je ne sais jamais ce que mes chansons veulent réellement dire avant que je les ai fini… même si c’ est trois ou quatre ans après les avoir commencé.

Ce qui m’ inspire ? La façon dont les gens peuvent être merveilleux. On est tous fabuleux, et ça, je veux que les gens le sache. Donc vraiment, pour moi ma musique c’ est une prière à la gloire de l’ humanité…

MAA  : Votre voix est un vrai délice pour les oreilles… que faites vous pour la travailler, l’ entretenir ?
Nicolette  : Ca, ça fait plaisir à entendre…. Il n’ y a pas vraiment de secret. Je m’ offre complètement lorsque je chante…. Et cela me donne une telle joie que cela doit se sentir lorsque l’ on m’ écoute.

MAA  : Allez-vous faire des dates pour la promotion de ‘Life loves us’  ?
Nicolette  : Oui. On a d’ abord une petite fête de lancement ici le 15 février, puis nous serons en tournée pendant presque toute l’ année

MAA  : Aurons-nous la chance d’ avoir votre visite en France ?
Nicolette  : J’ en suis sur… Tout est en cours d’ organisation en ce moment

MAA  : Vous êtes également DJ, des sets prévus pour bientôt ?
Nicolette  : Je n’ ai pas beaucoup Dj-é depuis août dernier parce que j’ étais très occupée par ce qui touchait à mon album… mais je vais faire quelques gigs à partir de mars… J’ aime trop ça.

MAA  : Votre histoire (votre passé) musicale est très riche, pouvez-vous nous en parler un peu (pour ceux qui vous connaissent moins bien) ?
Nicolette  : Mes frères et soeurs et moi nous avons réellement grandi avec la musique. Mes parents en écoutaient beaucoup, surtout mon père et il y avait toujours de la musique à la maison, jour et nuit. Si il n’ y en avait pas… les choses ne paraissaient pas normales. Puis on s’ est mis à en faire nous même… à inventer des chansons et des mélodies… c’ était tout naturel… et mon père a su encourager cette tendance en nous aidant à apprendre beaucoup de chansons, à les arranger, à les harmoniser… Bien que cela n’ ai pas été sa profession, il était musicien dans l’ âme et ils nous accompagnait à la guitare, au piano. Il jouait et nous apprenait des trucs : jazz, blues, musique classique occidentale, gospel, musique de film, musique traditionnelle d’ Afrique noire, musique moderne d’ Afrique noire, george formby, chansons traditionnelles anglaises, chansons qu’ il avaient écrites lui-même etc… Je ne peux pas expliquer la variété de musiques que nous avons découvert. Ajoutez à cela que ma mère adorait Motown, la soul, la pop et que donc on aimait aussi… Enfin, toute la pop des années 70 à la radio m’ a beaucoup influencée… Mon père nous a fait prendre des leçons de piano (même si je suis maintenant bien incapable d’ en jouer) et il nous faisait nous produire devant la famille, les amis, les voisins…

Plus tard, devenue adolescente ; j’ étais très funk, puis heavy metal, puis Beatles, puis musique électronique à la fin des années 80… Je suis même allée dans l’ électronique très abstraite comme celle de Phoenix… Mais c’ est juste pour vous donner un ordre d’ idée de ce qui m’ a influencé. En outre, j’ aime beaucoup la musique du Moyen Age, comme celle de Josquin des Prés, et les madrigaux… je trouve cela proche de l’ extase. J’ aime aussi la « free music » comme la « Los Angeles free music society’ s »

MAA  : J’ ai cru comprendre que vous parliez le français… aurais je pu faire l’ interview en français ?
Nicolette  : Oui, on aurait pu, mais je suis plus à l’ aise en anglais

MAA  : Vous avez créé votre propre label ‘Early Record’ en 98, quelles sont vos motivations ? quels autres artistes se trouvent dans le catalogue ‘Early Record’  ?
Nicolette  : Je voulais lancer un endroit ou divers artistes puissent s’ exprimer librement tout en demeurant accessibles au grand public… Je veux dire par là où des gens inhabituels puissent laisser tomber leurs inhibitions, sans tomber dans l’ underground pour autant. Et aussi réunir des artistes d’ horizons différents et leur permettre d’ échanger des idées, des services, et peut-être s’ inspirer mutuellement. Laisser tomber l’ idée de « norme » et être soi-même
On a plusieurs artistes, mais ils ne sont pas encore prêts à sortir des disques …

MAA  :Qu’ est ce que écoutes en ce moment . ?
Nicolette  : En ce moment ? ? plump djs « creepshow » remixes, et ma chanson « single-minded people ».

MAA  : Un petit mot en français pour vos fans ?
Nicolette  : J’ aimerais bien vous rencontrer.

nicolettexxxx

Merci à Florence aka Maiz pour son aide.