Stephanie Dosen

Une petite interview sans prétention, histoire de découvrir un peu mieux la Demoizelle, en douceur… la traduction française arrivera d’ ici peu.


MAA  : Would you tell us more about your musical past ? Have you been immersed in music since your childhood ?
Stephanie Dosen  : I started singing in my attic when I was a little girl. My dad had an old guitar up there and I would sneak upstairs and write songs on it when no one was around. I was very secretive and shy. I used to record the songs on a little tape recorder and make my own little albums to listen to. No one really knew that I could sing at all because I was so quiet. I dreamt of taking my guitar and leaving town and going on the road to sing my songs. I wanted to be like Stevie Nicks. I even asked my family to call me Stevie for a while, because that’ s a nickname for Stephanie, but it didn’ t stick.

MAA  : What are your musical influences ?
Stephanie Dosen  : I grew up in a small town in the Midwest during the 80′ s so I was surrounded by classic rock like Led Zeppelin and Pink Floyd. When I was in high school I was really into bands like The Smiths, The Cure and Depeche Mode. It wasn’ t until a bit later that I got into female singers like Sinead O’ connor and Siouxsie Sioux. My favourite band of all time is The Cocteau Twins so it’ s a big honour every night to “Teardrop”.

MAA  : What do you prefer : be on stage or working in studio ?
Stephanie Dosen  : They are both so different. I’ m a perfectionist, so the pressure of being in the studio is way too much for me. Playing on stage is fun every night but my favourite part is the writing process itself. That’ s when I can hide away in secret and work on the magic part which is the creation of the songs.

MAA  :What’ s on your decks at the moment ?
Stephanie Dosen  : Right now I listen to a lot of modern ambient atmospheric music. My favourites to play daily right now are Colleen and Lau Nau.

MAA  : Do you have good vibes towards France and the French audience ?
Stephanie Dosen  : Most Americans have a very romantic idea of France and I am no exception. It was the language I chose to study in school and I dreamt of living there someday. I’ ve been to France many times now and am always blown away by the warmth of the people. They really love their music and I enjoy playing to a French audience. My only complaint is that I’ ve been to Paris 4 times and I’ ve never seen the Eiffel Tower ! That is one of the drawbacks to being a travelling musician. You don’ t often get to enjoy the city as much as you’ d like because you are on the tour-bus or passed out in the hotel.

MAA  : Where and when did you decide to work with Massive attack ? – How did you meet them ?
Stephanie Dosen  : I’ ve been a fan of Massive Attack for a long time. One day last year I was in a charity shop looking at vintage coats and my phone rang and it was 3-D. I had to sit down and take it all in. Of course I was very excited when he asked if I would consider some collaboration work. It has been a great experience and I never take it for granted. I know how lucky I am to work with such a great band.

MAA  : What’ s the funniest thing that ever happened to you on stage with Massive Attack ?
Stephanie Dosen  : This summer we played a festival that was near a lake. So at night when the stage lights came on, every bug or moth in a 10 mile radius came flocking to the stage. There was a swarming sea of insects on stage as thick as a fog. When Yolanda Quartey came off stage after singing her first number she had bugs stuck in her lip gloss ! When I had to go on I was dreading it. While I was singing and playing my first song a huge 3 inch bug landed on the top of my head and worked its way down the back of my hair and onto my neck ! The whole way I could feel it clawing its nasty little legs but I couldn’ t move because I was playing guitar and singing it was torture ! The guys at the sound-deck said they saw it come out of my hair and walk down my back. It was horrible and disgusting but hilarious.

MAA  : Among all the Massive Attack songs you performed on stage, which one do you prefer and why ?
Stephanie Dosen  :I love singing teardrop because it’ s been one of my favourite songs for a very long time. It’ s hard being the new singer of a song that is so beloved by so many people. I try not to think of what the crowd might be thinking when I’ m up there. I just sing it honestly as if I were in my bedroom alone. That keeps it real for me and I love every minute of it.

Jérôme Lateur

Jerome LATEUR, executive Director of the Music Division of EuropaCorp did kindly accept to answer to our questions about Danny the Dog’ s original soundtrack, and we do warmly thank him for that.

MAA : Could you tell us how your work with M.A. began ? Who contacted them ? Did they react immediatly ? Your first meeting…
Jérôme Lateur : At first, we, Louis le Terrier (the film Director), Luc Besson (the Producer) and I, had an artistic reflexion about which style of music would best suit this « climatic » movie. We did consider different options : Aphex Twin, Placebo, Fat Boy, Slim, Massive Attack… I then contacted their managers and started to talk with them about the movie. Finally, it is through Luc Charles & Benjamin Chulvanij (G.M and deputy G.M. of Delabel / E.M.I) that we had a contact with M.A. and their manager, Mark Picken. We had a first meeting at Virgin’ s in London, with the managment, the record company and the director in order to explain the project. We had an excellent contact with Mark Picken, who seemed very interested and he submitted the project to the band (3D, Neil Davidge). The next step was to show them the movie… After a preview, they gave us their O.K. to compose their first original soundtrack for us.

MAA : What were the different steps of the making of this soundtrack ? How did the band started to work on it ?
Jérôme Lateur : They approached the work very artistically and very professionally Artistically first of all, as they really cared to serve the movie best, following the Director’ s advises and wishes. Louis le Terrier went to Bristol on several occasions to give them his artistic vision of the whole movie. Professionally second of all, as they really put all their ressources, creativity and personalities in their work. The movie is therefore a real teamwork. We worked for 4 months in their studio in Bristol on the writing and the composition ; we taped the chords sections in a London studio for one day as well. We finally finished the production and the mixing 5.1 (movie) at Digital Factory, in Normandy. This lasted about a month.

MAA : Did the group see the movie before and after ?
Jérôme Lateur : Yes, of course, they saw it at the very beginning of the project ; it was very important for them, and for us, that they do like and appreciate it so that they really can take possession of it… what they really did. During all the composition and productions phases, they really were in total osmosis with the movie.

MAA : What memories did you keep from this work ? What was the atmosphere like ?

Jérôme Lateur : The atmosphere was excellent. They are truly great professionals and they do know their Art… It is important to say that working on a soundtrack is a challenging and enriching exercise for a band as creative as One of my most vivid memories is when the band presented us the first melodies,finished, with the chords, but not yet mixed.The professional quality of the sounds was outstanding, really outstanding.

MAA : We heard some rumours saying that Liz Frazer (the Cocteau Twins’ singer)could be on the soundtrack… is that true ? Some say as well that Daddy G. Did not participate… And was Neil Davidge there ?
Jérôme Lateur : Rumours are rumours. Don’ t listen to them ! We did actually consider having a singer on the theme song (as it is often the case in the movie industry) ; that’ s true. But it did concern Dot Allison, not Liz Frazer. To tell you the whole story (and it might be « THE » scoop for you all, M.A. fans!) we do have a great recording of an M.A. song, sung by Dot Allison ! This song comes at the end of the movie, with the credits. It is about 6 minutes, and sounds very close to the band’ s « world ». It is not on the soundtrack, as it does belong to the movie itself. Concerning the other rumours… of course, Neil Davidge was there ! He is an exceptional guy : kind, available… and talented. 3D was as well quite involved on the whole project… but is it necessary to mention it after having listened to the sound track ? It is obvious ! Lee did participate as well to all the technical phases of mixing and production(he is a kind of computer’ genius !). Regarding Daddy G… that’ s true that we did not see him a lot in the studio… but saying that he did not participate would be an exaggeration !

MAA : Finally, why is there no song on the soundtrack ?
Jérôme Lateur : It is an artistic choice of M.A. ; a wish to render as well as possible the musical atmosphere of the movie, to keep an experimental approach, and that’ s quite interesting. And that’ s true for the soundtrack, but not for the whole movie. We have a wonderful song, as I told you earlier.

translation by Crescent City

Morcheeba (interview en VO)

-  Just before their new album « The antidote », Paul Godfrey has accept to answer our questions.

Thanks Paul.

Pictures taken from


MAA : ‘ The antidote’ , your 5th album, will be released at the beginning of May; I do think all your fans can’ t wait to discover Daisy Martey, your new singer. How does she feel knowing that the album is out soon? What about you, Ross and Paul?
Paul : I think we are all very much aware of our situation, so far the reaction has been amazing but we are really looking forward to playing live and getting a direct reaction from our fans. I guess you could say that we are nervous and excited in equal measures.

MAA : How did you meet Daisy (casting, acquaintances?)
Paul : Daisy was introduced to us by a friend, we loved her voice but thought she would be busy so didn’ t expect her to want the job. We were thrilled to discover she was up for it!

MAA : What’ s her personal musical background?
Paul : Daisy was classically trained. I’ m not sure what that involves.

MAA : Did you know straight away she was the right singer you were looking for? Did you consider the possibility of having a male singer in Morcheeba?
Paul : We were open to anything but found it tough to find the right people.

MAA : Musically speaking, what are your feelings about « The Antidote » compared to your 4 precedent albums?
Paul : I personally feel the antidote is a massive leap forward, though I still love our old records. This is the first record where Ross and I fully
controlled the arrangement and production.

MAA : Please, give us a taste of this new album ;o)
Paul : You’ ll have to wait or check the War child website.

MAA : How do you write or compose?
Paul : It depends but generally Ross and I sit in our studio jamming until we have an idea we really feel is strong. Ross writes the music and I write the words, Daisy also helped with the melodies that we structured.

MAA : I’ ve read on the site that Ross had had a rock band called « The Jukes », is it still on? Would you like to tell us more about it Ross?
Paul : Yes the Jukes have a website.

MAA : What are you musical influences? What’ s on your decks at the moment?
Paul : At the moment I am listening to old blues like Honeyboy Edwards.

MAA : As you might be aware of, we are the webmasters of a site dedicated to Massive Attack, what do you think of their carrier? Do you enjoy their music?
Paul : I really liked their first album and a couple of singles.

MAA : French TV network often uses trip hop or down tempo tracks to illustrate some of their documentaries or reality shows ( for instance : the french version of the reality show « We’ ve switched mums » uses your track « blindfold ») How do you feel about that?
Paul : I think its great whenever people get to hear our music, sometimes its funny in a surreal way.

MAA : You will be soon on tour in The United Kingdom and in Europe, are you worried about the audience’ s reaction toward Daisy, or do you feel totally confident about it?
(See above)

MAA : Do you already have an idea about the set list?
Paul : Yes its all the classics with some of the new record.

MAA : What about the support act (guests)? Should your fans expect one or maybe more? If so, would you give us a hint?
Paul : I believe we will be touring with a great band called husky rescue.

MAA : A one-off gig in France in Paris, should we expect other ones later in other french cities?
Paul : Yes definitely, we love france so we will be playing all over in the autumn.

Thanks for the lovely questions !
Paul G


-  En pleine actu : la sortie de leur nouvel album « The antidote » le 9 mai suivie d’ une tournée au Royaume Uni et en Europe, Paul Godfrey a très gentiment accepté de répondre à nos questions.

-  Une petite interview très sympa et chaleureuse que nous vous laissons découvrir, Merci Paul.


MAA  :‘The antidote’ est votre 5 ème album et sortira début mai, je pense que tous vos fans sont dans l’ attente fébrile de découvrir Daisy Martey , votre nouvelle chanteuse, quel est son état d’ esprit à quelques semaines de la sortie de l’ album ? Et quel est votre état d’ esprit à vous deux, Ross et Paul (Morcheeba) ?
Paul (Morcheeba)  : Je pense qu’ on est tous très conscients de notre situation, les réactions ont été géniales jusqu’ à présent mais on est tous impatients de jouer live et de voir la réaction de nos fans à chaud. On peut dire qu’ on est aussi nerveux qu’ excités.

MAA  : Comment s’ est faite la rencontre avec Daisy (casting, par connaissance…) ?
Paul (Morcheeba)  : Daisy nous a été présenté par un ami, on a de suite adoré sa voix, mais on s’ est dit qu’ elle devait être trop occupée pour vouloir le job. On a été vraiment content de voir qu’ elle était partante.

MAA  : Quel est son parcours musical personnel ?
Paul (Morcheeba)  : Daisy a un parcours classique. Je ne sais pas tout ce que cela comprend.

MAA  : Est-ce qu’ elle vous est apparue tout de suite comme étant LA chanteuse que vous recherchiez ? Une voix masculine aurait-elle pu être envisageable au sein de Morcheeba ?
Paul (Morcheeba)  : On était ouvert à tout mais ce fut difficile de trouver la bonne personne.

MAA  : Comment situez-vous musicalement ‘The antidote’ par rapport à vos 4 1ers albums ?
Paul (Morcheeba)  : Personnellement, antidote est un grand pas en avant, mais j’ adore aussi nos anciens albums.C’ est le premier album où Ross et moi maîtrisons totalement l’ arrangement et la production.

MAA  : Faites-nous envie parlez-nous un peu de ce nouvel opus ;o)

Paul (Morcheeba)  : Vous allez devoir patienter ou checker le site War child


MAA  : Comment fonctionnez-vous sur l’ écriture, la composition ?
Paul (Morcheeba)  : Cela dépend, mais généralement Ross et moi nous asseyons dans le studio, on jamme jusqu’ à ce qu’ une idée nous paraisse assez convaincante. Ross compose la musique et j’ écris les paroles , Daisy nous a aussi aidé à peaufiner les mélodies.

MAA  : J’ ai lu sur votre site que Ross avait monté un groupe de rock ‘The Jukes’ , est ce qu’ il est toujours d’ actualité ? Est ce que tu veux bien nous en parler un peu Ross ?
Paul (Morcheeba)  : En effet, the Jukes ont un site :

MAA  : Quelles sont vos influences musicales ? Et qu’ écoutez-vous actuellement ?
Paul (Morcheeba)  : En ce moment j’ écoute du vieux blues comme Honeyboy Edwards.

MAA  : Comme vous le savez, nous sommes les webmasters d’ un site sur le groupe Massive Attack, que pensez-vous de leur carrière ? Est ce que leur son vous branche ?
Paul (Morcheeba)  : J’ aime beaucoup leur premier album et quelques chansons.

MAA  : Les chaînes de télévision françaises utilisent très souvent des titres de groupes de trip-hop / down tempo pour illustrer certaines de leurs émissions de reportage ou même de télé réalité (exemple : « on a échangé nos mamans » émission de télé réalité, utilise votre titre « Blindfol ») Qu’ en pensez-vous ? Quelle est votre position par rapport à cela ?
Paul (Morcheeba)  : C’ est que du bon dès que les gens ont l’ opportunité d’ écouter notre musique ; parfois c’ est marrant et surréaliste en même temps.

MAA  :Vous allez débuter une tournée au Royaume Uni et en Europe, est ce que vous redoutez ou au contraire êtes confiants en l’ accueil que le public va donner à Daisy ?
(Voir plus haut)

MAA  :A quelle set-list pensez-vous pour la tournée ?
Paul (Morcheeba)  : Oui, tous les classiques et quelques nouveautés.

MAA  :Serez-vous accompagné d’ une ou plusieurs « 1ère partie » ? (Si oui, lesquelles seront-elles ?)

Paul (Morcheeba)  : Notre première partie sera Husky rescue, un groupe génial.

MAA  :Une seule date en France à Paris, pouvons-nous espérer d’ autres dates un peu plus tard et ailleurs qu’ à Paris ;o)
Paul (Morcheeba)  : Oui bien sûr, on adore la France , donc on reviendra en automne.

Merci pour toutes ces adorables questions !
Paul G

Philippe Prohom

-  Je crois que les membres de MAA qui ont participé à la réalisation de cette web-interview y ont pris un réel plaisir 😉 et c’ est avec autant de plaisir vous allez la découvrir.

-  Philippe Prohom, qui est actuellement en tournée (dates annoncées sur le forum), a pris quelques minutes de son temps pour nous répondre et nous le remercions tous chaleureusement.


Sam Je vous ai vu deux fois au Transbordeur, et c’ étaient deux excellents concerts… Mais au delà des prestations scéniques ce qui me plait plus particulièrement ce sont vos textes…

Vous êtes du genre « ça me vient n’ importe comment » et vous écrivez des ptits bouts de chansons partout ou bien au contraire « ça mûri… ça mûri… ça mûri… » et ça sort tout fini ? Bref… comment écrivez-vous ?
Philippe  : Je pratique les deux : j’ ai plein de bouts de papiers de partout que je rassemble parfois, sinon ça vient aussi d’ un coup d’ un seul (né à la place d’ un autre) mais pas tous les jours !

Girlnextdoor  : Vous définissez Prohom comme un groupe ou comme un projet personnel ?
Philippe  : Comme un projet personnel. Le talent et l’ investissement des musiciens sur scène fait que ça ressemble à un groupe et c’ est parfait comme ça, mais les choses sont claires depuis le départ : je compose, j’ écris, j’ arrange, on joue les titres comme je les entends et après on discute. J’ amène souvent des parties simplifiées (un groove pour la batterie et Yann développe à sa manière, une ligne de basse simple à développer par Damien, ou des parties de guitares approximatives et mal jouées que Manu va tâcher d’ interpréter correctement). Le fait est que je suis ouvert aux propositions et aux suggestions et que s’ il y a un titre qu’ ils ne sentent vraiment pas, on ne le joue pas sur scène (c’ est déjà arrivé). Je préfère quand même que l’ on monte sur scène pour défendre un répertoire que l’ on aime tous. Ce mode de fonctionnement nous permet de répéter très peu et donc permet à chacun de faire sa vie en dehors du projet « prohom ».

Girlnextdoor  : Vous prenez plus de plaisir à la création d’ un album ou lors de concerts ?
Philippe  : Les deux exercices sont fabuleux. Je garde une petite préférence pour les moments de composition et d’ arrangement… me retrouver seul dans mon univers et avancer petit à petit, sentir le morceau se construire peu à peu, je crois que ces moments là sont les meilleurs de ma vie, les plus sereins.

Davidcure (aka David Fargier)  : J’ ai souvent le sentiment que ta musique et en particulier tes textes pourraient servir de bande son à un film d’ Olivier Assayas, Oliver Dahan, ou un mec du genre. Est-ce quelque chose qui te ferait triper ?
Philippe  : Faire la musique d’ un film est une idée que je n’ ai jamais lâchée ; j’ ai fait une trentaine de BO pour le théâtre de 96 à 99 et c’ est un exercice que j’ adore ! Par contre si je le fais pour le cinéma, je mettrai tout dedans et je lâcherai donc Prohom pendant cette période pour m’ investir à 100% dans le projet.

Dissolved girl (aka Laurie)  : L’ intro de « Des millions de forêts » me rappelle un peu le son des Cure de jadis, est ce qu’ il peut y avoir un quelconque rapport (influences) ou bien je vois les cure partout !
Philippe  : Un pote m’ a un jour prêté une basse et je n’ avais jamais eu cet instrument dans les mains, je me suis dit que j’ allais composer un beau truc à la Cure , comme j’ aime et en assumant complètement ; c’ est devenu Millions de forêts. Ce titre est donc clairement une référence pour moi ; tu vois du Cure là où il y en a !!!!

Davidcure (aka David Fargier)  : En dehors de The Cure, quels sont les artistes qui t’ ont inspiré ? Massive Attack, par exemple ?

Philippe  : J’ ai beaucoup écouté (et j’ écoute toujours d’ ailleurs) Massive Attack. Mais mes influences sont tellement diverses que ne considère pas en avoir vraiment. J’ écoute beaucoup de musique dans le camion et je passe allègrement de Roxy Music à Marylin Manson, de AC/DC à Gloria Gaynor, de Depeche Mode à Johnny Cash, de Véronique Sanson à Doppler, de Supertramp aux Hush Puppies, de Elton John à Oasis, de Bob Marley aux Hives … enfin bref … en gros j’ écoute de tout sauf de la chanson française et du classique (Véronique Sanson c’ est quand même super rare … et Gloria Gaynor, c’ est carrément n’ importe quoi !!!) c’ est Bowie et ses albums des 90′ s (outside, earthling) qui m’ a montré la voie quand à ce que je voulais vraiment entendre sur mes textes. Je me suis aperçu que les Anglais n’ avaient pas de complexe à mélanger le rock et l’ electro et comme c’ était ce que j’ avais dans ma tête, ça m’ a décomplexé et j’ ai assumé de faire pareil. Mes premières maquettes avec cette direction artistique sont parties en maison de disque en 97 et j’ ai immédiatement eu des coups de fil positifs de labels (qui m’ ont tous dit d’ ailleurs « c’ est génial mais c’ est trop tôt pour le public Français » : c’ est pour ça que j’ ai arrêté de démarcher les labels et que je suis parti sur les routes présenter mon répertoire au public Français justement … qui s’ est avéré être immédiatement et totalement en phase avec ce que je présentais d’ ailleurs…)

Dissolved girl (aka Laurie)  : Qu’ est ce qui tourne sur ta platine actuellement ?
Philippe  : Hyperclean, queen of the stone age, sidilarsen, misstrip, josephine k, un bootleg des Cure de 2002, smooth, fabio viscogliosi …

Dissolved girl (aka Laurie)  : J’ ai lu plus d’ une fois que tu as été acteur et que tu as composé des thèmes pour des pièces de théâtre, peux-tu nous en dire un peu plus histoire de satisfaire notre curiosité ?!
Philippe  : J’ ai déjà un peu répondu sur les BO.
J’ ai commencé le théâtre pour rencontrer des filles en 93 … j’ ai arrêté en 97 quand je me suis rendu compte que j’ avais pas vraiment envie d’ assumer des premiers rôles que l’ on commençait à me proposer : lourds à porter ou à travailler ; en fait j’ ai arrêté quand j’ ai du choisir entre la musique ou la comédie …Mais j’ ai pas dit mon dernier mot !!

Figurehead  : Quels types de guitares et amplis utilises-tu pour avoir ce son assez particulier qui fait ta « ch’ tit touche ».
Philippe  : Je maquette à la maison avec un pod. Le son de guitare sur scène se travaille et se choisit à trois ; entre Manu, Lafraise (notre ingé son) et moi même. Aujourd’ hui Manu joue sur gibson sg ou fender stratocaster ; et sur fender deluxe pour l’ ampli. Les pédales d’ effets ont été introduites spécifiquement et en fonction des nécessités des chansons. On a préféré rester sur de la pédale boss standard plutôt que sur du multi-effets . Tout cela reste assez standard : phaser, délai, boost, 3 disto différentes et spécifiques (metal zone, crunch ibanez et OD boss) et octaver .

Girlnextdoor  : Vous avez été « lancés », il me semble, par le Printemps de Bourges en tant que groupe « découverte », quels sont vos favoris pour les sélections de cette année ?
Philippe  : Redbong, vibrion, smooth, daria, anais, usmar

Girlnextdoor  : Y a t’ il des dates de concerts dans des festivals cet été qui se profilent ? (genre eurocks par exemple, depuis le temps qu’ on en rêve)

Philippe  : Les gros festivals n’ aiment pas ce que l’ on fait … tant qu’ on ne sera pas bankable (comme on dit dans le cinoche) il y a peu d’ espoir de nous y voir jouer hélas…

Girlnextdoor  : Quel est votre meilleur souvenir de concert ? Et votre pire souvenir ?
Philippe  : Le meilleur (mais c’ est tout à fait personnel), ce fut pour une soirée tribute au Cure au nouveau casino à Paris. Il y avait plein de groupes qui jouaient, puis qui faisaient chacun une reprise des Cure. La soirée était bruyante et aucun groupe n’ avait vraiment captivé le public. Mes zicos n’ étaient pas là alors j’ avais travaillé deux ou trois trucs avec Nadj (une copine avec qui j’ ai fait un duo). Je me suis pointé tout seul sur scène, j’ ai expliqué qui j’ étais, que mes musiciens n’ étaient pas là puis j’ ai commencé à chanter « le miroir et moi » a capella … le public s’ est peu à peu tu et s’ est retourné vers la scène ; j’ ai fini la chanson dans un silence incroyable et j’ ai eu une des plus belles ovations que je n’ ai jamais eu sur scène … ça a été un moment fabuleux pour moi. Après on a joué « ça oublie d’ aimer » guitare / voix puis M des Cure … le public était à donf et avec nous à 100% … très proche de la magie … voilà pour le meilleur.
Pour le pire j’ hésite … le vomi sur scène dans un bar … un trou de mémoire infernal sur notre passage d’ une demi heure au printemps de bourges … faire Georges assis à cause d’ une entorse … jouer dans un bar Anglais de montagne et finalement rentrer à Lyon quand il n’ y a plus que la serveuse et nous au bout de 3 titres (véridique) … j’ en oublie … et mon coeur balance !!…

Girlnextdoor  : En première partie de quel groupe (français ou anglais) fantasmerais-tu de jouer ? Et quel groupe aimerais-tu voir passer avant toi ? (les ptis chouchous)
Philippe  : Une petite tournée avec un gros gros groupe international (cure, bowie, dm..) me brancherait bien pour faire des grosses salles … sinon j’ aimerai bien choisir nos premières parties dans chaque ville pour faire du support local mais ça n’ est pas de notre ressort sauf sur les dates que l’ on produit mais c’ est rare…

Girlnextdoor  : Qui est à l’ origine de l’ idée des miroirs (enfin les grandes vitres quoi !) en concert ? Et idem pour le passage aux tambours entre Manu et Damien ?
Philippe  : Je voulais plusieurs supports pour accrocher l’ image et la lumière en fond de scène , sortir de l’ écran que nous avions eu sur la tournée du premier album … la matière plexiglass a été choisie en réunion avec Mouss et sandy qui ont travaillé sur la création lumière …
J’ ai toujours pensé à une extension instrumentale à la fin de « prouvez le moi », j’ avais pensé à un long trip electro, ou à un truc percu, ou à une série de solo où chacun s’ exprimeraient … C’ est Yann qui a eu l’ idée de construire un truc aux toms basse, ça me plaisait qu’ il le prenne en main à 100%, c’ est lui qui a entièrement monté ce passage avec Manu et Damien et qui m’ a suggéré la prod à rajouter (sirènes et samples repères)

Girlnextdoor  : Et sinon j’ ai pas encore compris pourquoi vous dites en concert que « les gens font des gamins » est une chanson un peu spéciale ???
Philippe  : C’ est une chanson un peu spéciale de par sa position dans le set (à la toute fin et après une longue partie rentre dedans et plutôt basée sur le physique). Elle est aussi spéciale de par son message clair, virulent, donc qui ne plaît pas à tous …

Cafeopera (Manu des Moonchild)  : Les groupes ne sont pas vraiment aidés dans notre bonne ville de Lyon pour, jouer tout simplement par ici ou ailleurs. Qu’ en penses-tu ? Faut-il absolument passer par Paris pour percer ?
Philippe  : C’ est vrai que Lyon est à la traîne côté musiques actuelles mais ça va peut-être un peu changer … en tous cas des gens travaillent sur le sujet …
L’ application des lois écolo sur le bruit et les fermetures de lieux qui s’ en suivirent n’ ont pas aidés mais le phénomène est national …
Les ogres de barback ou des mecs comme thiéfaine nous ont prouvé qu’ avec une très bonne équipe motivée, on peut faire sans Paris. Plus que jamais aujourd’ hui on peut être indépendant, tout dépend du genre de musique qu’ on fait. Si c’ est de la musique très variété ou populaire, ça vaut vraiment le coup de tenter une signature en major car ils savent développer ça. Pour le reste, mieux vaut un petit label ou une structure indépendante qui met toute son énergie plutôt qu’ une major qui s’ en tape ou ne sait pas faire.

Davidcure (aka David Fargier)  : J’ espère que le livre sur The Cure t’ a plu.
Philippe  : Je suis en train de le lire et il me plaît déjà beaucoup !! Je te remercie encore pour ce cadeau !

Davidcure (aka David Fargier)  : Quand est-ce qu’ on fait un disque ensemble ?
Philippe  : Je ne sais pas 😉 … j’ attaque les maquettes du troisième cet été et je serai peut-être en recherche de texte … je ne sais vraiment pas encore où je vais exactement !

Davidcure (aka David Fargier)  : Est-ce qu’ on fera une reprise de One Hundread Years ?
Philippe  : Tous … tous … tous les deux ?!…

Davidcure (aka David Fargier)  : J’ aimerais bien rencontrer Olivia Ruiz ^^
Philippe  : Moi aussi … elle est injoignable !! .. 😉

Philippe  : Tu veux une blague ?
Tiens prends ça !