Square

(JPEG)

Les news

-  Nouvel album prévu pour la fin de l’ année. Des rythmiques plus présentes, du chant, et toujours un coté ambiant mais avec un musique globalement plus mure, plus percutante et des samples climatiques confectionnées dans la captures de sons de la vie de tous les jours…

Biographie  :

Guitariste et compositeur depuis 1994, Square a d’ abord fait partie de plusieurs groupes de noise-rock ou musique expérimentale influencé par des artistes comme Sonic Youth, Girls against Boys, D.Bowie. Après avoir découvert la scène électronic (Haujobb, Amon Tobin) il a commencé à composer à l’ aide de l’ informatique en 2003 . La musique de Square est une alchimie musicale à la frontière du jazz et de l’ electro sur fond de samples climatiques enregistrés dans divers endroits (avec un Mini Disc – métro, conversations, orages, …) et qui sont retravaillés ou réintégrés tels quels dans les morceaux. Ajoutez à cela une guitare et des voix utilisées de façon sporadique et décalée. Résultat : machines et instruments se confondent pour créer des textures mélodiques enveloppées d’ ambiances parfois tourmentées. Premier EP « Vocal.Data » sorti juillet 2004 en vente en Fnac et chez plusieurs disquaires. En 2005, Square à orienté sa musique vers le Live et à mis l’ accent sur des rythmiques plus percutantes, ainsi que des sons plus saturés qui rappellent ses premières influences noise rock. La place des sons capturés à l’ aide de son Mini Disc est plus présente que jamais et cela n’ altère en rien les mélodies de ses nouvelles compositions, bien au contraire… un album d’ une dizaine de titres est prévu pour la fin de l’ année.

Albums

-  Vocal.data (juillet 2004)(JPEG)

Reviews du 1er album ‘ Vocal.data’ par Aurélien H. Aka 3D :

Composé de cinq titres, ce premier coup d’ essai vous à un invite dans la « galaxie relaxation ». Plutôt calme, jazzy et downtempo, ce disque est avant tout un appel au zen, un disque d’ ambiance à savourer au casque pour s’ en impregner et s’ y immerger totalement. Croisement entre Telepopmusic et Roudoudou, les cinqs (courtes) chansons de Square dépeignent des environnements sonores soignés, stylisés et fluctuants, alliant avec une certaine alchime des rythmiques tantôt downbeat, tantôt dubby, voire carrément techno (minimaliste je vous rassure), avec des arpèges, des cordes et quelques effets electro conférant au disque son identité : une ambiance atmosphérique et relaxante qui fait énormément de bien pour s’ aérer l’ esprit ou ne serait-ce que s’ évader quelques instants. Bref, une bonne surprise pour un premier album, que tout amateur d’ ambiant se fera un plaisir de dévorer !

Liens
-  Site officiel du groupe

-  « Plasma rain » en écoute sur notre juke box

Shed

(JPEG)

Les news

-  Ca y est ! : le nouvel album ‘ At the Crossroads’ est disponible à la Fnac de Lille, à Cultura d’ Henin-beaumont (62) et bientot sur Lyon ! Il est également disponible pour 12 euros (port compris) via l’ association du groupe : chèque à l’ ordre de ASSOCIATION SHED
41 rue du 19 mars 62220 CARVIN. Pour les réticents du chèque, le paiement PayPal sera bientôt mis sur leur site .

-  Sortie imminente du nouvel album ‘ At The Crossroads’ dont voici la playlist : 1/ What could happen tomorrow ? 2/ Sharks 3/ Crossroads 4/ Outside 5/ Your Real shoulder 6/ Handle 7/ Sombrer 8/ Surfing on air 9/ Welcome on Earth 10/ Ordinary Binary man 11/ Hurt 12/ Dreamer Remix : 13/ Handle by Alta 14/ Ordinary Binary Man By Christian Ricci (21 Hertz)

-  Une reprise de  » The perfect Kiss » disponible sur la compilation « Revolvinw World – A tribute to New Order  » www.popswirl.com
-  Le titre  » Ordinary Binary Man  » sur la compilation Celsius du label Pilotti ( www.pilotti.org )
-  Shed travaille actuellement sur son nouvel album qui s’ intitulera très certainement  » At the crossroads »,il sera composé de 12 ou 14 titres.
-  A venir également une collaboration avec le groupe 21 hertz… que du bonheur !

Biographie  :
Autodidacte, Marc Van-damme débute la musique par le biais de l’ informatique grâce à un AMIGA 500 où il apprend à maîtriser le son et faire ses premières compositions.

Il crée au lycée avec deux autres personnes qui ont la même passion pour la musique pop synthétique le groupe death Nature (d’ influence Depeche Mode, Krafwerk ). Jusqu’ en 1996 accompagné d’ un 4ème membre, ils vont faire une trentaine de concerts, et sortir un compact disc 6 titres intitulé Masquerade ,entièrement auto produit à 1 000 exemplaires qui leur apportera des diffusions dans la presse, à la radio et à la télévision

Contraint de partir au service militaire, il quitte alors le groupe et apprend par lui-même à jouer de la guitare. Il décide par conséquent, avec Cédric Grané graphiste et webmaster, d’ évoluer et de former S h e d en 1999, mélangeant l’ univers électronique et le touché acoustique.

Enregistrant un CD 4 titres chez lui, il est le lecteur compositeur sélectionné dans le magazine bimensuel Micro & Musique n°17 de février-mars 2000 édité à 18 000 exemplaires, dans lequel apparaissent deux de ses titres. C’ est alors le réel point du départ du concept musical et visuel de S h e d avec l’ arrivée de Marion Desruelles au chant.

Alors que les compositions se prépare , c’ est avec le titre « Tale of a Fool » qu’ il se qualifie et arrive dans les cinq premiers candidats du département du Pas-de-Calais pour le concours national  » Les coups de pouce du Label Mozaïc  » organisé par le Label Mozaïc et Universal Music en décembre 2000.

La réalisation de la bande-son du 3ème court-métrage Atlantide de Raphaël Richard, étudiant à l’ EICAR, s’ achève en juin 2002 afin de concourir pour les festivals de courts-métrages.

Le groupe s’ est alors déclaré en association loi 1901, afin de réaliser un album 8 titres en auto-production.  » Electronic Tales « a été édité à 1 000 exemplaires en mars 2002. Cet album obtient immédiatement des chroniques dans la presse écrite (Keyboards magazine, Soundkeys, La voix du nord, Nord Eclair) ,dans des webzines ( indiepoprock.net, i-muzzik.net), des diffusions radios en France et en Belgique et au Japon , ainsi que des reportages sur M6 et de C9 Télévision.

Le groupe commence alors à faire connaissance avec le public lors de concerts ( Fnac de Lille, Médiathèque de Faches-Thumesnil…) et place 2 titres sur le Sampler #2 du label Str8line records (http://str8line.free.fr ) .

En 2003, Shed participe à la compilation –  » SYNTHETIQUE – French Electronique Pop Music » du label marseillais BOREDMproduct http://www.boredomproduct.online.fr avec le titre « Sharks », mais également à  » SOLIDARITE MUSIQUE  » réalisé par l’ IUT de Lens au profit de Stop Sida aux côtés de Marcel & son orchestre, les mauvaises langues, Kino avec le titre « Utopian Song ».

En parallèle, deux compositions sont réalisées pour le long métrage fantastico-horreur intitulé  » Le Lab » de Laurent Tissier, et la bande-son pour Hôtel Camellia, le dernier court métrage de Raphaël Richard.

Shed poursuit ses concerts en ajoutant des images sur scène et continue de composer de nouveaux titres dans l’ optique d’ un nouvel album. En mai 2005, sortent « A revolving World – Tribute to New Order » avec une reprise de « The perfect kiss » et la compilation « Celsuis » du label Pilotti avec le titre « Ordinary Binary Man ».

L’ année 2006 voit la sortie d’ un nouvel album : ‘ At the Crossroads’ .

Albums

-  Electronic Tales (mars 2002) (JPEG)

-  At the Crossroads (mai 2006) (JPEG)

Liens
-  Site officiel du groupe


Review de l’ album ‘ At the Crossroads par 1000i :
At the Crossroads semble, au départ, musicalement moins sombre et un peu plus pop qu’ Electronic Tales, mais les textes n’ en sont pas plus légers pour autant… .L’ album regorge aussi de superbes morceaux romantiques et envoûtants comme Your Real Shoulder, Handle ou Welcome on Earth.

L’ album commence par What could happen tomorrow ? qui nous replonge tout de suite dans l’ ambiance d’ Electronic Tales, mais des sons nouveaux apparaissent et les voix de Marion et Marc s’ accordent parfaitement. C’ est d’ ailleurs très sympa de les retrouver ensemble dès le début. On continue sur un rythme plus soutenu et la voix de Marc avec Sharks, à écouter pour se donner du courage et affronter la vie (enfin c’ est ma vision).

Le piano fait sa première apparition dans At the Crossroads et le son prend une tournure plus mélancolique, comme pour refléter la peur de deux personnes de la chanson de ne jamais se croiser. Avec Outside, c’ est la guitare sèche qui entre en jeux et se marie parfaitement avec des volutes de synthé planantes. Le morceau finit avec un air digne de Air, emmenant mon esprit très loin…

Your Real Shoulder nous ramène à la mélancolie. Je suis tellement absorbée dans la chanson et dans les émotions qu’ elle me procure que je ne sais plus trop quoi écrire. Je ne crois pas qu’ il y ait grand-chose à dire à part qu’ elle est magnifique. Et Handle reste sur la même lignée, terrible pour mon petit coeur.

Sombrer me plaît un peu moins que les autres sur le début, peut-être avec les paroles en français… je sais pas trop pourquoi… Mais toute la partie instrumentale me fait vite oublier ce petit désagrément, qui n’ en est sûrement pas un.

Surfing on Air porte très bien son nom : « I was surfing on air, cause your gave me my first kiss ». Une petite ballade pop romantique très fraîche, aux airs orientaux, où se retrouvent les deux voix du groupe.

On arrive alors à Welcome on Earth. LE morceau totalement instrumental de l’ album ! Magnifique berceuse qui ne s’ en tient pas qu’ à ça… Tom, à qui la chanson est dédié (félicitation Marc ?), a bien de la chance. Ce morceau déborde d’ amour et est une véritable invite aux câlins…

Et là débarquent les deux « meilleurs » morceaux de l’ album : Ordinary Binary Man et Hurt. Ordinary Binary Man retrouve un côté plus réaliste. Ce morceau nous peint la vie monotone d’ un employé de bureau, sur un rythme binaire très approprié. Hurt aaaaaaaaaaaaaaaah Hurt… Ce morceau est sombre et puissant, comme j’ adore et retranscrit parfaitement un texte plutôt désespéré : « We don’ t hurt whose we love ».

Enfin Dreamer finit l’ album sur une petite note plus légère avec des synthés « exotiques » nous emmenant sur une île lointaine où il fait bon regarder les étoiles par une douce nuit d’ été…

Les deux remix sont très sympas, surtout celui d’ Ordinary Binary Man par Christian de 21 Hertz, où on retrouve la voix magnifique de Karin.

Le deuxième album de Shed At the Crossroads est plus complet et sûrement plus mature qu’ Electronic Tales, mais mon « zut c’ est déjà fini » reste. C’ est pas grave, il suffit de refaire « play ».

-  « Hurt » en écoute sur notre juke box

Lamia

(JPEG)

Les news

-  LAMIA s’ associe à CIPHER (http://www.cipher-music.com) , groupe trip hop de Lille pour une série de concert sur la métropole et dans l’ euro-région.

Biographie  :

Né de la rencontre d’ un compositeur, Alain Rennes et d’ une chanteuse, Isabelle Refouni, avec la poésie romantique anglaise du XIXème siècle – Lord Byron, John Keats, Percy Bysshe Shelley, Emily Dickinson et Charles Algernon Swinburne – LAMIA a expérimenté différentes formules orchestrales et scéniques, de l’ acoustique au rock, avant de trouver son identité dans une formation « électro-rock » originale, combinant la chaleur du violon et du chant, la modernité de l’ électronique, et l’ énergie de sa section rythmique basse-batterie.

Albums
-  « …into the number of the nameless tides »
(JPEG)

en vente sur http://www.virtualabel.com (lien direct) et sur virginmega.fr dans la rubrique autoproduction.

Liens
-  Site officiel du groupe

-  « On this day » en écoute sur notre juke box

Schéol

(JPEG)

Les news
20/08/2005 Après « you said… » et « lost », « the man with the hate on his back » est en rotation dans la playlist du webzine yozine
18/08/2005 9 secondes est en rotation dans la playlist de la grosse radio, web radio 100% rock 24h/24
08/08/2005 « the man with the hate on his back » est en rotation dans la playlist de la webradio mochi mochi
05/07/2005 c’ est au tour de « lost » de faire partie de la playlist du webzine yozine. Le duo devient trio, désormais Brian tiendra les baguettes dans le groupe…

Biographie  :
Après avoir été bassiste dans un groupe cold-wave au début des années 90 pendant cinq ans, puis dans un groupe pop-rock, gaël quitte le sud de la france pour la capitale et commence à composer quelques ébauches de morceaux. A la veille de l’ an 2000, il fait la rencontre de jean-michel qui va être séduit par le projet. Ayant joué de la basse dans un groupe de trash-métal, il jouera dès lors de cet instrument dans ce qui allait devenir schéol, gaël s’ occupant de la guitare et des arrangements. S’ en suivra une longue mais nécessaire période de recherche d’ identité musicale et le passage de divers et plus ou moins farfelus musiciens, mais c’ est sous la forme du duo gaël/jean-michel que le groupe est de loin le plus efficace, composant une musique éléctro-rock instrumentale, sombre, mélancolique, voire malsaine dont l’ ampleur ne se révèle totalement qu’ en concert…

Albums

the man with the hate on his back (mai 2002) (JPEG)
9 secondes (en préparation) (JPEG)

Liens

-  Site officiel du groupe

-  « Lost revisited » et « Poor oil on trouble waters »en écoute sur notre juke box

Tara King th.

(JPEG)

…une voix fragile et sensuelle, un subtil mélange d’ électro-pop et de trip-hop aux accents « cinématographiques », des sonorités « vintage » et un univers romantique…

Les news
Quelques dates pour l’ automne ;o)
07/09/2005 – les Anomalies 80- AMIENS – FR
18/10/2005 – La Luna 59 MAUBEUGE – FR (en 1ere partie de DIONYSOS)
19/10/2005 – l’ Aeronef 59 LILLE – FR (en 1ere partie de DIONYSOS)
26/10/2005 – les Rockomotives 41 VENDOME – FR
26/11/2005 – Cooperative de Mai 63 CLERMONT FD – FR (en 1ere partie de DIONYSOS)
06/12/2005 – le Transbordeur 69 LYON – FR (en 1ere partie de DIONYSOS)

08/12/2005 – Le Ciel 38 GRENOBLE – FR (avec Dawn Landes)

Biographie  :

Avec  » Séquence 01  » Tara King th. dévoilait un univers sensuel et sombre et proposait un premier album où se côtoyaient électronique, trip-hop, down-tempo et musiques de films.

C’ est avec l’ écriture de la musique pour le conte électro  » Harold  » que Tara King th. pousse dans ses derniers retranchements le climat posé par « séquence 01 « , offrant au conte une bande son  » marquante « .

Enrichi de rencontres et de diverses collaborations (concerts, remixes, compilations, musiques pour de l’ image…), Tara King th. propose un EP « echoes of the future » laissant entrevoir une ambiance plus tendre et sereine.

Le 2nd LP « the tara king theory… » constitue une étape importante dans son cheminement, c’ est l’ assimilation de sensations, d’ ambiances et de sentiments… A travers 11 titres, mélangeant musique instrumentale  » à tendance cinématographique » & électro-pop intimiste, Tara King th. propose un 2nd LP abouti et sincère.

Albums
-  Sequence 01 (2002)
(JPEG)

-  the tara king theory (2005)
(JPEG)

Liens
-  Site officiel du groupe
-  L’ interview pour MAA (décembre 2004)

Reviews de ‘ tara king theory’ par Dissolved girl :
TKth signe ici son second album ‘the tara king theory’ , composé de 11 titres, succédant ainsi à leur 1er album Sequence 01, sorti en 2002 et déjà à l’ époque très prometteur en matière d’ electro-pop.

La théorie ‘tara king’ est un album calme et sans nul doute accompli, aux arrangements irréprochables, avec cette fois-ci Béatrice au chant (Cécile, sa soeur, pas très loin puisqu’ elle a composé l’ ensemble des textes et chanté le titre ‘4th dimension’ ). Une voix très (très) sensuelle, carressante, des sons très new-wave sur certains titres (je pense à ‘ club’ 84′ par exemple avec ses sonorités à la Human League, mais aussi waterblade, five light feelings..).

‘ last phenomena’ me rappelle Harold, souvenez-vous, ‘ fourth dimension’ est une ballade très aérienne portée par la voix de Cécile, un gros gros coup de coeur sur ‘ once upon a dream’ et ‘ soap opera’ (un duo très beau entre Arno et Béatrice).

Le son Tara king th. vous entraîne dans un univers fantasmagorique, cinématographique d’ une beauté indéniable, d’ ailleurs Arno ne cache pas qu’ il aimerait pouvoir un jour ‘travailler sur de la musique de film, composer dans ce sens…’ est-ce pour cela que j’ ai cru déceler un petit jeu de piste sur la tracklist de l’ album avec quelques lettres en couleur qui, reliées les unes aux autres, donnent le mot : ‘slow motion’

A écouter absolument donc !

(GIF)

-  « Once upon a dream » en écoute sur notre juke box