Antrabata

Elephant Reveries

JPEG - 12 ko
Antrabata – Elephant Reveries (Prikosnovénie)

Dès les premières notes, l’ atmosphère est posée, calme, langoureuse et accueillante. Cuivre, rythmique discrète puis la voix fait son entrée : à la fois féminine, langoureuse et chaleureuse, Femke donne le ton et complète l’ ambiance. C’ est une autre approche de la trip-hop, même si on retrouve des influences telles que Portishead. Le décors est somptueux, la présentation soignée la voie envoûtante : on se laisse séduire…

Cet album nous emmène en voyage. Par moments, l’ ambiance devient alors orientale au grès de la flûte. D’ autres instruments « classiques » comme le violoncelle ou la mandoline se mêlent aux claviers et samplers. L’ harmonie entre instruments acoustiques et électriques est parfaite.

Certains tableaux de cet album nous invitent au voyage : l’ Inde, l’ Orient, sont des contrées visitées avec élégance, et on s’ y laisse mener sans difficultées. Antrabata a réussi avec ce premier album à prendre le meilleur de leurs idées et de leurs influences pour en faire un mix propre à eux, à leurs envies.

Antrabata – Elephant Reveries (Prikosnovénie)- 12 Titres : Please repeat after me – You and me – Pinpoint – White elephant – Miss encyclopedia – Bar song – Venice – Painful bliss – Antrabata – Kaleidoscope – Summer optimism – Mirror song (voor Tom)

Miss encyclopedia en écoute sur notre juke box

Liens
-  Chez prikosnovenie : http://www.prikosnovenie.com/groupes/Antrabata.html
-  MySpace : http://www.myspace.com/antrabata

Misstrip

(JPEG) Des mélodies accrocheuses, le mélange détonnant entre le trip-hop et la puissance des guitares.

Une voix sensuelle, douce, rageante… Une guitare nerveuse et saturée… Une mécanique rythmique subtile et clavier Rodhes… Une Basse puissante et ronronnante…

Les news
09/10/2006 : Sortie dans les bacs de leur 1er ablum : Sibylline
Septembre 2006 : en tournée à partir de septembre 20006 (dates sur www.misstrip.fr )

Biographie  :

Originaires d’ Angers, les 4 membres du groupe ont débuté leur aventure musicale au milieu des années 90 et depuis septembre 2001, jouent sous le nom de Misstrip.

Misstrip a fait de nombreux concerts, partagé la scène avec La Phaze, Idem, UHT, High Tone, Ezekiel, Kwal, joué dans de nombreux festivals dans l’ ouest de la France.

Albums
-  Sibylline (octobre 2006)
(JPEG)

-  Album autoproduit de 4 titres (2004)

Liens
-  Site officiel du groupe

A VENIR : Review de ‘ Sibylline’ par Charlycha

Snug

(JPEG) Les news

-  Interview + mini live acoustique de SNUG sur la webradio DLV mercredi 14 décembre à partir de 19 heures dans l’ émission « Onde de choc » lien : www.radiodlv.com

-  Snug travaille actuellement sur une prestation scénique, acoustique et électrique, afin de s’ adapter aux lieux où le groupe se produira. Les concerts débuteront en 2006.

Biographie

Snug est un groupe pop-folk-electro de la région bordelaise.

S’ il s’ agissait au départ d’ un projet musical en solo, né sous l’ impulsion d’ un auteur-compositeur multi-instrumentiste (Hervé), l’ arrivée d’ une chanteuse (Mélanie) puis d’ un second guitariste (Benoît) et, enfin, d’ un batteur (Seb), ont fini par apporter à Snug de nouvelles sonorités, de nouvelles couleurs, une nouvelle énergie.

Snug signifie « douillet » en anglais : c’ est ce terme qui caractérise au mieux la musique de Snug, se voulant un ailleurs protecteur et coloré. Un refuge tranquille et apaisant mais explorant également des côtés plus mélancoliques, plus sombres…

Snug est néanmoins disponible pour jouer des sets acoustiques pour les radios et les cafés concert… en toute intimité. Actuellement, SNUG recherche un label… pour pousser l’ aventure…

Album(s)

(JPEG)

Le groupe prépare actuellement une maquette, intitulée « Expectations », qui contiendra 8 titres. Elle devrait voir le jour au début de l’ année 2006 et présentera toutes les facettes de Snug. A ce jour, 5 titres sont déjà prêts

Lien – contact

Hervé BAZIN _ 06 80 61 33 91
snugmusic@yahoo.fr

-  « Oblivion » en écoute sur notre juke box

Kamido: tu

(JPEG) Projet musical né en 1999 de l’ envie de composer une musique électronique combinant recherche sonore, mélodies pop et sonorités empruntées aux musiques orientales. Kamido : tu exerce en parallèle le sound design, l’ infographie, l’ illustration, la photographie numérique et le web design. Certaines de ses photos lui servent pour des maquettes web et les covers de ses disques.

Les news

01_Sortie d’ un CDr edition limitée de « L’ Envol » courant septembre sur le label associatif http://www.deadbees.com

02_Chronique de l’ album « L’ Envol » dans le magazine Keyboards Recording de Septembre

03_Le morceau « L’ Envol » sortira en second single mp3 gratuit + remixes courant septembre (a télécharger sur http://kamidotu.com)

04_Exposition des artworks de kamido : tu du lundi 12 septembre au jeudi 20 octobre 2005 à la MJC La Paillette – Domaine St-Cyr 35000 Rennes

Biographie

1999//2002 Le premier Cdr 5 titres « Sw_u », influencé par le son Warp et le cinéma asiatique, trouve de bons échos dans la presse qui souligne l‘aspect personnel de l‘ensemble. Kamido : tu se produit à Paris et entre en contact avec des professionnels du milieu musical. En parallèle, des contacts se nouent pour le sonorisation de jeux vidéos en Flash, de CD-rom et de sites internet.

2003 Auto production à 500 exemplaire du 3 titres « You take on a new lease of life ». Deux des trois titres sont composés telles des musiques de jeux vidéos imaginaires. Le but, intéresser à la fois de potentiels éditeurs de musique et de videos games. Paradoxalement, ce sont les radios qui montrent leur intérêt en diffusant certains titres. Le maxi se classe même en tête de playlist à côté d’ artistes renommés comme Massive Attack. Un jeune label du sud de la France contacte Kamido : tu pour faire figurer le morceau « Kiano » sur une compilation. A cette occasion un concert à lieu à Pau. Boosté par le bon accueil du ep, le Cdr suivant intitulé « Revealed » est enregistré fin 2003. Ce neuf titres délaisse le tout électronique pour s’ aventurer vers des paysages acoustiques aux influences post rock. Le titre éponyme se voit pré-selectionné par les « Inrockuptibles » pour leur compilation annuelle CQFD.

2004 La presse accueille « Revealed » de manière mitigée, l’ aspect contemplatif de l’ ensemble déroutant parfois l’ auditeur. Le label associatif français Deadbees s’ intéresse pourtant au projet et inclut le titre « Revealed » sur sa seconde compilation-sampler. Le site internet est lancé en mars.

En octobre sort le premier ep officiel intitulé « Naegi » ( « Jeune pousse » en japonais) qui marque le retour aux bases du projet. Ce Cdr montre les différentes facettes de Kamido : tu abordées durant les cinq années passées. Le titre « Shade », en couplant à la fois les sonorités acoustiques de « Revealed » et l’ électronique, annonce le tournant de l’ année suivante. Les USA commencent à montrer un certain intérêt pour le projet, diffusant certains titres sur une webradio.
En novembre 2004, une des photos de l’ artwork de « Revealed » est exposé au Palais de Tokyo à Paris dans le cadre de l’ exposition « Hypegallery ».

2005
Le Cdr « L’ Envol » (2005) marque une nouvelle étape. Soucieux de ne pas s’ enfermer dans une formule Kamido : tu repense sa technique de composition. Les morceaux ne sont plus élaborés à partir d’ une mélodie synthétique mais à base de samples d’ instruments acoustiques. Internet accueille bien les nouveaux titres, notamment les fans de musique électro en Angleterre et aux USA. En juillet, une photo de la série « L’ Envol » sera exposée dans le cadre des Rencontres d’ Arles.

Albums
-  L’ envol (juin 2005)
(JPEG) Review de l’ album par CharlyCha

Liens

Le site officiel

Idem

(JPEG)

Les news
Idem rentrera en studio fin avril 2007 pour poursuivre son travail de pré-prod autour du prochain album dont la sortie est prévue en 2008, petite mise entre parenthèses des concerts qui reprendront à la rentrée 2008 !

Mars 2007 : Sortie d’ ‘ Aérobiose Epilogue’ – 12 titres extraits du triptyque Aérobiose + une session video.

Biographie
IDEM (l’ équivalence) a mis au point un mélange très personnel qui accepte diverses étiquettes telles que Low-Groove, Heavy-Ambient, ou encore Drum’ n’ Mass … Leur approche particulière des schémas rythmiques donnent naissance à des compositions qui surprennent. Un son qui trouve sa place quelque part entre Sofa Surfers et Scorn. Une musique de mouvement, tantôt grave, tantôt dansante, où l’ énergie n’ entre pas en opposition avec l’ introspection, où le calme n’ exclut pas la puissance. Intelligentes et jouissives, voire ludiquement mystiques, les compositions d’ IDEM démontrent que, lorsqu’ elle est sincère et sans préjugé, la musique peut sortir des sentiers battus sans pour autant devenir une curiosité pour spécialistes.

Le trio IDEM (basse-batterie-guitare-voix-machines) a une centaine de concerts à son actif : Printemps de Bourges, Nevers à Vif, Bars en Trans, Musiques Volantes, Tour de scènes, Olympic, Run Ar Puns, Café Charbon, Chabada, Austrasique, VIP, Fuzz’ Yon, Bateau Ivre, … aux côtés de Ez3kiel, Lab°, Les Thugs, Hint, Zenzile, High Tone, la Phaze, Melt Banana, Ruda Salska, Fragile, Portobello Bones, JMPZ, Sayag Jazz Machine, Rubin Steiner, Daau, Svinkels, Venus, … En 1999, IDEM réalise son premier ep 4 titres produit par Kéim Zo Fed Production sur le label Shoshin Sounds [Kyu, Sweet Back]. L’ année suivante, le groupe bénéficie du parrainage de la salle le Chabada à Angers (réseau Fédurok).

En 2002, IDEM est sélectionné pour les découvertes du Printemps de Bourges.

En mai sort le premier album « absent without leave » (Shoshin Sounds / Mosaic Music), enregistré et produit par Bruno Brevet (Staccato’ studio à Nantes). Le disque reçoit un très bon accueil dans la presse musicale spécialisée.

IDEM est sélectionné pour Artistes en Scène 2003. A l’ occasion de ces résidences (Fuzz’ Yon), le groupe travaille avec scénographes et spécialistes de l’ image, afin de développer une nouvelle entité visuelle.

En avril 2004 est sorti “waterglasscolor”, disque composé de titres inédits et de remix du premier album, par Ez3kiel, Lab°, El Barön L.A, et K1000 d’ U.H.T. Ce disque est le premier volet du triptyque “aérobiose”, qui comprendra également le second album d’ IDEM et le maxi “out immer”.

Le 15 novembre 2004 est sorti ‘Aerobiose’ le deuxième album d’ Idem (Keim Zo Fed / Mosaic music).

Pour la suite voir ‘ Albums’ et ‘ Les news’ …


Reviews de l’ album « Aérobiose » par CharlyCha :

(JPEG) Idem nous a fait parvenir son dernier opus intitulé « Aérobiose » et c’ est avec un grand enthousiasme que je vous livre là mes impressions.

Dés le premier titre « Dum agree », les rythmes sont entraînants, marqués, tel une marche lourde et nous plongent dans l’ atmosphère électro et dark du Dub electro rock d’ idem.

Les guitares électriques lourdes côtoient les machines électro. il y a aussi quelques apparitions de voies robotiques « parlées », qui parlent avec ces riffs de guitare saturées poussées à l’ extrême avec d’ autres sons noisy.

Le bpm augmente au fil des titres d’ « Aérobiose », et l’ ambiance est de plus en plus envoûtante. Les rythmes sont toujours très marquées (« Interpretative Progress », « Madam [a.m] »). Les cris lointains et autres effets nous livrent une atmosphère sombre voir angoissante. Terrifiant ?

Les lignes de basses sur « Madam [a.m] » et « Ofco » nous transportes à l’ aide de paroles, et ce sont ces mêmes paroles qui cherchent à voler la vedette aux guitares déchirées. Emotions !

Les compos sont soignés et travaillées, fortes. D’ ailleurs, plus je l’ écoute, plus je monte le son, machinalement, comme pour augmenter les vibrations de ces bases qui ne font qu’ augmenter mes sensations. Vibrations !

Nous avons parfois l’ impression d’ avoir à faire à un documentaire russe sur « Ofco » avec cette voie féminine qui tente certainement de nous expliquer quelque chose… mais quoi ? A certains moments, les instruments se taisent même, comme pour écouter sagement, mais par la suite, on dirait qu’ ils se rebellent et montrent un désaccord certains. Rébellion ?

Le discours semble continuer sur « Down The Line », mais en anglais cette fois ci, nettement plus classique. Le dernier titre, « And A Creative Processus » se présente plus calme, toujours très entraînant, marquant définitivement cet album dans ma mémoire. Accalmie ?

L’ album a cette homogénéité là, qui fait que l’ on passe d’ un titre dub à un titre plus dark, voir noisy, tout en restant respectueux envers son genre – certains le comparent d’ ailleurs à Ez3kiel. Il est quoi qu’ il en soit unique et si j’ avais à le résumer en un mot, je dirais peut sûrement : Puissant !


Albums

Absent without leave (mai 2002)

(JPEG)

Waterglasscolor (avril 2004)

 

 

 

 

 

Aerobiose (novembre 2004)

(JPEG)

Out Immer (avril 2006)

 (JPEG)

 

 

 

Aérobiose Epilogue (mars 2007)

(JPEG)

  The Sixth : Aspiration Museum Overview (Octobre 2008)

(JPEG)

Review de l’ album par Charlycha

Lien(s)
Site officiel du groupe

  « And a » en écoute sur notre juke box