Live With Me

-  Date du tournage : 2006
-  Lieu du tournage :  ?
-  Réal. : Jonathan Glazer
-  Durée : 1ère version : 5mn35s – Terry Version : 3mn57s

Voir le clip
Real player : High Low
Windows Media : High Low

(JPEG)

 

 

Une jeune femme rentre dans un drugstore, par une nuit londonienne. Ainsi commence le processus d’ auto-destruction d’ un être qui semble au paroxysme du désespoir. Elle achète pas loin d’ une demi-douzaine de bouteilles d’ alcool. Des clients s’ en amusent, elle aussi. Une soirée à préparer. Mais non.

(JPEG)

 

 

Cette jeune femme est alcoolique. Sur le chemin du retour, la voix plaintive de Terry Callier se fait entendre. On pense à Unfinished Sympathy, cette femme marchant dans la rue au beau milieu d’ anonymes, comme elle…
Sous les yeux d’ un spectateur impuissant, elle vide la moitié d’ une bouteille d’ un seul trait. Aucune piste n’ est donnée…Une dépression anonyme comme tant d’ autres, nous ne savons rien d’ elle, elle n’ est que le reflet d’ une souffrance universelle.

Gros plans sur cette fille, l’ alcool qui descend au fur et à mesure qu’ elle s’ enivre…Une saynète de sa vie qui part, dans son lit ou aux toilettes. Le téléphone sonne mais elle est n’ est plus de ce monde, elle lui préfère une bouteille parmi tant d’ autres. A l’ inverse de son personnage, la mise en scène est sobre. Voir cette femme ivre ne prête même pas à sourire comme ça pourrait être le cas. Car l’ acte n’ est pas exceptionnelle, on le sent régulier.

height=’188′ style=’border-width: 0px;’ alt= »(JPEG) » />

 

(JPEG)

 

Summum de son alcoolisme, elle se retrouve à errer dans les rues où sa présence ne semble émouvoir personne. Puis vient cette chute….Tout un symbole, une chute aux enfers pour mieux remonter vers la lumière. Cet air provenant du sol semble l’ apaiser, la faire renaître…

Ce clip est, une fois de plus, l’ occasion pour Massive Attack d’ évoquer les travers de la condition humaine, le rejet de l’ autre, le manque de solidarité. La solitude qui amène à la souffrance. Ce qui explique ce clip très simple mais ô combien symbolique.

-   Version 2 : ‘ Terry Version’

(JPEG)

 

(JPEG)

 

Gros plan sur la bouche de Terry Callier, en attente. Sa complainte débute, un halo de lumière, idéalement placé, semble sortir de sa bouche.

(JPEG)

 

(JPEG)

 

Second plan, Callier regarde la caméra, le spectateur. Son regard exprime toute une tristesse. Puis retour sur cette bouche jusqu’ à la fin du clip, malgré un dernier plan muet sur le visage de Terry.

(JPEG)

Un clip sobre, on ne peut pas dire le contraire, il n’ aura pas nécessité de grands moyens. Néanmoins, toute la force mélancolique de cette chanson est communiquée et c’ est bien là le principal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *