Ez3kiel

-  Voici l’ interview attendue d’ Ez3kiel pour Massive Attack Area. Ca a été pour nous un réel plaisir de la découvrir et ça l’ est aussi de vous la proposer. Un grand merci au groupe d’ avoir accepter de se prêter au jeu et un clin d’ oeil particulier à Ian, Fred et Thierry ;o)

-  L’ actu d’ Ez3kiel c’ est la sortie le 24 janvier 2005 du dvd live « versus tour » : à ne surtout pas rater. Et toujours le délice de se plonger dans une partie de l’ univers « Ez3kiel » à travers : http://www.ez3kiel.com

(JPEG)

MAA  : Parlez nous un peu de votre rencontre, les débuts d’ Ez3kiel .

Ez3kiel  : Ez3kiel est né en 1993 à Tours (France), le groupe était composé à l’ époque de 5 membres (basse, batterie, 2 guitares et une chanteuse). Nous avons commencé et appris la musique à cette période où nous étions très influencé par le mouvement fusion hardcore (bad brains, fishbone ..). En 1998, la chanteuse et 1 des guitaristes ont quitté le groupe. Nous nous sommes orientés vers une musique plus instrumentale et avons intégré les machines.
A l’ époque ce fut une mini-révolution pour nous, puisque tout ce qui était électronique était encore très mal perçu, voir rejeté par le milieu rock (ce qui n’ est plus le cas actuellement). Notre premier cd 6 titres « EQUALIZE IT » a été auto produit à ce moment (99) avec Fred Norguet dans une veine plus ethnique que les productions suivantes. Disons que c’ est ce cd qui pose réellement les premières bases de notre identité musicale (l’ aspect ethnique ayant disparu ensuite), et qui marque le véritable début du groupe. Par la suite nous avons intégré les images, puis rencontré Jarring Effects en 2000 qui est devenu notre label et a produit toujours avec Fred Norguet « HANDLE WITH CARE » en 2001 et « BARB4RY » en 2003.
L’ évolution du groupe a été, on ne peut plus traditionnelle depuis ses débuts, si ce n’ est que ses 3 membres actuels sont toujours les mêmes, et cela depuis plus de 11 ans maintenant.

(JPEG)

MAA  : Que signifie Ez3kiel et d’ où (ou de qui) vient l’ idée du nom ?
Ez3kiel  : Le nom ezekiel est un clin d’ oeil au film de Quentin Tarantino « Pulp fiction » ou à chaque fois que Samuel Jackson va tirer, trouve très classe de réciter les versets d’ Ezechiel. Nous avons remplacé le ch par un K pour s’ éloigner un peu de l’ aspect religieux. Le 3 à la place du e est venu uniquement du fait qu’ ezekiel.com était déjà réservé sur le net. Maintenant on en est à Ez3kiel , c’ est pas très facile à dire, ni à retenir pour les gens qui découvrent le groupe maintenant, mais les habitués disent « ezekiel ».

MAA  : Quelle est la moyenne d’ âge du groupe ?
Ez3kiel  : Nous sommes, ou entrons dans la trentaine.

MAA  : Quelles sont vos influences musicales pour chacun d’ entre vous ?

Ez3kiel  : Notre musique depuis le départ est basée sur le mélange des genres, nous avons des goûts musicaux et des influences relativement larges. En vrac Nine inch nails, Sofa surfers, Silver Mont Zion, DAAU, Nostromo, Abstract Keal Agram, Phillip Glass…

MAA  : Quelles sont les machines (claviers, synthé, instruments virtuels) et quels sont les logiciels que vous utilisez sur scène et « à la maison » ?
Comment travaillez vous, de quoi partez vous ? d’ idées d’ ambiances ? de samples ? d’ une ligne de basse ? ou je ne sais quoi…
Ez3kiel  : A la maison et en studio nous utilisons beaucoup les ordinateurs (cubase sx et pro tools) pour la création des morceaux, ainsi que nos samplers (yamaha A 3000, A 4000, akai S 900 et Z 8), en synthés nous avons le Korg MS 2000 le novation K station et un virus. Nous travaillons en audio et en midi. Pour ce qui est de la scène nous repassons tout en midi et déclenchons les samples grâce à un vieu sequencer roland (midi file) qui pilote les samplers (yamaha A 3000 et A 4000). Il y a aussi le novation et le korg sur scène, ainsi qu’ une batterie électronique (yamaha DTX 2 et un clavier maître) pour jouer les samples ainsi qu’ une console et quelques effets.

MAA  : L’ actualité d’ Ez3kiel c’ est la sortie le 24 janvier 2005 du dvd live du versus tour, puis j’ ai vu que vous alliez faire des dates en début d’ année, est-ce que vous avez le temps de penser au successeur de Barb4ry ?
Ez3kiel  : Depuis deux ans maintenant nous travaillons, en parallèle sur un projet particulier qui devrait voir le jour fin 2005. Ce projet a déjà influencé il y a un an l’ album ‘ BARB4RY » par la présence des instruments classiques, et il influencera forcement par réaction ou association la préparation du véritable prochain album en 2006. Ce projet pour le moment s’ appelle « 2 temps 3 mouvements ». Ce sera un album de berceuse accompagnant un cd-rom, un peu comme une bande originale accompagnant un film. Parler maintenant de l’ album qui sortira après celui des berceuses serait un peu prématuré.

MAA  : Entre la scène ou le studio, avez vous une préférence (pour chacun d’ entre vous) ?
Ez3kiel  : Nous avons commencé et aimé la musique par la scène, le travail de studio est venu bien longtemps après. Désormais nous dissocions bien les deux, avec une approche et un travail très différent en fonction de l’ un ou l’ autre. Il n’ y a pas réellement de préférence, les deux sont indispensables et offrent chacun à leur manière de grands moments pour nous.

MAA  : Comment réussissez-vous à adapter les morceaux de vos albums avec les vidéos ? L’ image joue t’ elle, influe t’ elle sur vos compos et inversement
Ez3kiel  : Nous sommes trois musiciens, dont un graphiste et le temps de travail que demande l’ élaboration d’ un véritable live comme nous l’ imaginons dépasse de loin celui qui nous est imparti. La meilleure méthode de travail dans ce cas reste basée sur l’ anticipation, la confiance, et la connaissance qu’ on a de ses pairs. Nous nous répartissons les tâches en fonction de nos compétences, et comme la musique est toujours créée en amont, il faut dés le départ qu’ elle puisse se confronter à l’ imaginaire du graphiste.
L’ image et la musique font partie d’ un ensemble dont nous ne connaissons pas réellement les limites mais qui s’ est matérialisé au fil des ans, et qui continuera à s’ enrichir par la suite. Dans nos productions musicales, nous écartons des morceaux qui parfois n’ entrent pas dans cet univers. C’ est aussi le cas de certaines images qui ne peuvent s’ accorder avec les précédentes.
Cela fait plus de 10 ans que nous travaillons tous ensemble, cet univers fait désormais partie de notre inconscient collectif, et à moins de changer de cap nous n’ avons presque pas besoin de nous concerter pour accorder images et son. En ce sens on ne peut pas réellement dire que ce soit l’ image qui influe sur le son ou l’ inverse, mais plus parler d’ un processus global qui orienterait ces deux formes d’ expressions.

MAA  : D’ où vous est venue l’ idée, sur scène, d’ allier musique et image ?
Ez3kiel  : La musique a été une base pour rebondir vers d’ autres médias. Si à l’ origine nous sommes musiciens, l’ envie d’ investir d’ autres formes d’ arts, notamment les arts graphiques s’ est réveillée très tôt. Autodidactes, nous travaillons sur les rapports images et son depuis réellement quatre ans maintenant. Pour nous un album n’ est que le point de départ sur lequel nous allons développer tout un univers avec différentes portes d’ entrée.
Certaines personnes entrent par le site, d’ autres par la musique, ou par le live… Bien entendu le vecteur principal reste la musique, mais s’ arrêter uniquement à elle serait ne pas comprendre la totalité de notre travail.

MAA  : Avez vous des projets de collaboration avec d’ autres artistes ? (High Tone ou Doctor L par exemple)
Ez3kiel  : Le principe de collaboration est présent depuis notre 1er album. Nous y tenons particulièrement, et je pense qu’ il fait partie de notre couleur musicale. Cependant nous avons toujours pour ligne directrice de travailler avec des artistes dont l’ univers musical est très différent du notre, voir à première vue incompatible. C’ est la confrontation des deux univers qui va offrir des résultats surprenants. Même si nous respectons et aimons le travail de musiciens utilisant l’ électronique nous n’ envisageons pas pour le moment de croiser nos compétences dans ce domaine la.

MAA  : Comment êtes-vous parvenus à créer une bombe comme Versus ?
Ez3kiel  : un rythme hip-hop + un texte sans phrase + un sample de Nick Drake
Il n’ y a surtout pas de méthode de recettes en matière musicale, sinon ce serait très répétitif, voir ennuyeux.
Quand on compose un morceau on ne sait pas comment les gens vont l’ appréhender.
Si le morceau termine sur l’ album, c’ est qu’ il nous est cher. Le reste de son histoire, et de son succès ou non ne nous appartient plus dés lors ou le cd est distribué. C’ est même curieux pour nous d’ attendre les retours du public, de voir ses préférences et de les confronter à nos choix.
En ce sens « versus » peut être catalogué de « bombe », ça reste pour nous un morceau « efficace » et « accessible » dont on est très satisfait, mais qui ne représente qu’ une certaine partie de notre travail musical.

MAA  : Vous faites quoi 1er week end de juillet 2005 ? ^^ (NDLW : allusion aux

Eurockéennes de Belfort 😉
Ez3kiel  : Pourquoi pas, on y est jamais allé ?

MAA  : Lisez-vous les critiques et les chroniques vous concernant ? Si oui, comment les percevez-vous ?
Ez3kiel  : Bien entendu, comme la plupart des artistes nous sommes sensibles aux retours, et notamment aux critiques.
Jusqu’ à présent nous avons été assez épargnés dans le sens ou la réaction des gens qui nous ont vu ou écouté est assez positive.
Peut-être cela vient-il du fait que pour le moment les seuls à parler de nous sont ceux qui le veulent bien, c’ est à dire la presse indépendante, ou les netzines, et que si ils le font c’ est qu’ ils aiment un minimum sinon ils feraient l’ impasse. Nous sommes totalement absents de la presse spécialisée nationale.
Merci en passant aux acteurs des médias indépendants (des fanzines aux netzines) (longueur d’ ondes, bokson.net , infratunes.com, massiveattackarea.com …).

MAA  : Qu’ est ce qui tourne sur votre platine en ce moment ?
Ez3kiel  : Meret beker, metamorphosis, nin,.

MAA  : Ez3kiel est un collectif dans lequel l’ aspect visuel a une part très importante et se lie à la musique, vos collaborations sont nombreuses, cela rappelle évidemment le groupe Massive Attack. Ce petit parallèle vous agace t’ il ?
Ez3kiel  : Non, on ne nous a jamais comparé à Massive attack. Mis a part l’ association videos/son/light qui est un peu la marque de fabrique de toutes les grosses formations anglosaxones ou américaines qui en ont les moyens, et encore a une échelle qui n’ est pas la notre, nous appartenons à deux réalités totalement différentes. Les comparer serait, certes gratifiant pour nous, mais incohérent.

MAA  : Que pensez-vous de leur carrière, de leur oeuvre ? Aimeriez-vous travailler un jour avec eux ?

Ez3kiel  : L’ album « Mezzanine » est un chef d’ oeuvre de la pochette, à la qualité des compositions et du son. Comment aller plus loin après avoir sorti un monument comme celui-là ?
Travailler avec, ou simplement rencontrer les anciens ou l’ actuel membre de massive attack, ou de n’ importe quelle autre formation de cette envergure, c’ est le genre d’ idée qu’ on a pas quand on répète dans 24 m2 en agglomération Tourangelle. Sans vouloir être sarcastique, il y a suffisamment de gens accessibles très talentueux et inconnus avec qui nous pouvons échanger et travailler de manière très saine avant de penser aux dinosaures médiatiques. Les collaborations que nous entreprenons sont plus basé sur le coté humain que médiatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *