Schéol

(JPEG)

Les news
20/08/2005 Après « you said… » et « lost », « the man with the hate on his back » est en rotation dans la playlist du webzine yozine
18/08/2005 9 secondes est en rotation dans la playlist de la grosse radio, web radio 100% rock 24h/24
08/08/2005 « the man with the hate on his back » est en rotation dans la playlist de la webradio mochi mochi
05/07/2005 c’ est au tour de « lost » de faire partie de la playlist du webzine yozine. Le duo devient trio, désormais Brian tiendra les baguettes dans le groupe…

Biographie  :
Après avoir été bassiste dans un groupe cold-wave au début des années 90 pendant cinq ans, puis dans un groupe pop-rock, gaël quitte le sud de la france pour la capitale et commence à composer quelques ébauches de morceaux. A la veille de l’ an 2000, il fait la rencontre de jean-michel qui va être séduit par le projet. Ayant joué de la basse dans un groupe de trash-métal, il jouera dès lors de cet instrument dans ce qui allait devenir schéol, gaël s’ occupant de la guitare et des arrangements. S’ en suivra une longue mais nécessaire période de recherche d’ identité musicale et le passage de divers et plus ou moins farfelus musiciens, mais c’ est sous la forme du duo gaël/jean-michel que le groupe est de loin le plus efficace, composant une musique éléctro-rock instrumentale, sombre, mélancolique, voire malsaine dont l’ ampleur ne se révèle totalement qu’ en concert…

Albums

the man with the hate on his back (mai 2002) (JPEG)
9 secondes (en préparation) (JPEG)

Liens

-  Site officiel du groupe

-  « Lost revisited » et « Poor oil on trouble waters »en écoute sur notre juke box

Tara King th.

(JPEG)

…une voix fragile et sensuelle, un subtil mélange d’ électro-pop et de trip-hop aux accents « cinématographiques », des sonorités « vintage » et un univers romantique…

Les news
Quelques dates pour l’ automne ;o)
07/09/2005 – les Anomalies 80- AMIENS – FR
18/10/2005 – La Luna 59 MAUBEUGE – FR (en 1ere partie de DIONYSOS)
19/10/2005 – l’ Aeronef 59 LILLE – FR (en 1ere partie de DIONYSOS)
26/10/2005 – les Rockomotives 41 VENDOME – FR
26/11/2005 – Cooperative de Mai 63 CLERMONT FD – FR (en 1ere partie de DIONYSOS)
06/12/2005 – le Transbordeur 69 LYON – FR (en 1ere partie de DIONYSOS)

08/12/2005 – Le Ciel 38 GRENOBLE – FR (avec Dawn Landes)

Biographie  :

Avec  » Séquence 01  » Tara King th. dévoilait un univers sensuel et sombre et proposait un premier album où se côtoyaient électronique, trip-hop, down-tempo et musiques de films.

C’ est avec l’ écriture de la musique pour le conte électro  » Harold  » que Tara King th. pousse dans ses derniers retranchements le climat posé par « séquence 01 « , offrant au conte une bande son  » marquante « .

Enrichi de rencontres et de diverses collaborations (concerts, remixes, compilations, musiques pour de l’ image…), Tara King th. propose un EP « echoes of the future » laissant entrevoir une ambiance plus tendre et sereine.

Le 2nd LP « the tara king theory… » constitue une étape importante dans son cheminement, c’ est l’ assimilation de sensations, d’ ambiances et de sentiments… A travers 11 titres, mélangeant musique instrumentale  » à tendance cinématographique » & électro-pop intimiste, Tara King th. propose un 2nd LP abouti et sincère.

Albums
-  Sequence 01 (2002)
(JPEG)

-  the tara king theory (2005)
(JPEG)

Liens
-  Site officiel du groupe
-  L’ interview pour MAA (décembre 2004)

Reviews de ‘ tara king theory’ par Dissolved girl :
TKth signe ici son second album ‘the tara king theory’ , composé de 11 titres, succédant ainsi à leur 1er album Sequence 01, sorti en 2002 et déjà à l’ époque très prometteur en matière d’ electro-pop.

La théorie ‘tara king’ est un album calme et sans nul doute accompli, aux arrangements irréprochables, avec cette fois-ci Béatrice au chant (Cécile, sa soeur, pas très loin puisqu’ elle a composé l’ ensemble des textes et chanté le titre ‘4th dimension’ ). Une voix très (très) sensuelle, carressante, des sons très new-wave sur certains titres (je pense à ‘ club’ 84′ par exemple avec ses sonorités à la Human League, mais aussi waterblade, five light feelings..).

‘ last phenomena’ me rappelle Harold, souvenez-vous, ‘ fourth dimension’ est une ballade très aérienne portée par la voix de Cécile, un gros gros coup de coeur sur ‘ once upon a dream’ et ‘ soap opera’ (un duo très beau entre Arno et Béatrice).

Le son Tara king th. vous entraîne dans un univers fantasmagorique, cinématographique d’ une beauté indéniable, d’ ailleurs Arno ne cache pas qu’ il aimerait pouvoir un jour ‘travailler sur de la musique de film, composer dans ce sens…’ est-ce pour cela que j’ ai cru déceler un petit jeu de piste sur la tracklist de l’ album avec quelques lettres en couleur qui, reliées les unes aux autres, donnent le mot : ‘slow motion’

A écouter absolument donc !

(GIF)

-  « Once upon a dream » en écoute sur notre juke box

21 Hertz

(JPEG)

Les news
-  Signature d’ un contrat de distribution avec Believe. Premier album « Ocean of time » disponible bientôt sur Itunes, Napster, Virginmega, Musicmatch, MTV France, Fnac music…

-  Le 2ème album des 21 Hertz est déjà bien avancé.

Biographie (tirée du site officiel) :

Le groupe est né en 2003. L’ idée de départ était de faire de la musique électronique live, en utilisant les instruments « traditionnels » des groupes de rock comme la guitare électrique ou la basse, tout en travaillant avec des synthétiseurs, l’ ordinateur, et les platines.

Avec notre musique, nous peignons des tableaux, et décrivons des instants de la vie. Les morceaux sont des instantanés de notre quotidien.

Des beats lents, une basse lourde, des mélodies atonales et aiguisées ponctuées par les scratchs décomposés soutiennent la voix envoûtante de la chanteuse.

C’ est une histoire simple à laquelle nous invitons l’ auditeur à entrer.

Discographie
-  Ocean of time (2005)(JPEG)

Liens
-  Site officiel du groupe
-  L’ interview pour MAA (mars 2005)


Reviews du 1er album ‘ Ocean of Time’ par Aurélien H. Aka 3D :

Force est de constater que 21Htz fait partie d’ une génération très prometteuse de jeunes talents de la scène trip-hop, tant ils sont capables d’ apporter de la fraicheur et de l’ originalité dans ce monde de productions souvent sans saveurs, basées sur la récupération (infinie) de sons maintenant devenus presque anodins à l’ écoute. Là où les grands (MA, Morcheeba, …..) se perdent dans leur propre recyclage créatif ou la facilité commerciale, quelques petits groupes éparses tels que 21Hertz débarquent de nulle part et nous offre ce que nous avons envie d’ entendre : du trip-hop, et du vrai !!!! En effet, la qualité première de 21Hertz est de renouer avec le son trip-hop bien particulier d’ autant, que nous avons perdu à coup de diversifications du style, de marketing et autres, et que nous cherchions désesperement…
Eh bien ne cherchons plus, et laissons nous baigner par ce réconfort musical !

Baigner n’ est pas tout à fait le terme approprié, bercer correspondrait plus à l’ état d’ esprit de ce disque, qui au travers de ces neufs chansons langoureuses, nous balade paisiblement dans une atmosphère feutrée où se cotoient tour à tour le zen, le sombre et la mélancolie. Car au delà de son aspect « simpliste », Ocean of Time cache et déploie une complexité émotionnelle toute en retenue impressionante pour un premier album, invitant l’ auditeur à se laisser aller à un voyage psycho-psychédélique tantôt apaisant, tantôt introspectif, l’ équilibre ayant été judicieusement fait avec parcimonie. L’ accroche de ce dernier pourrait ainsi être « La compagnie transpsychédélienne 21Hertz vous souhaite la bienvenue sur le vol Ocean of Time. Notre vol durera 43 minutes. Nous vous prions de bien vouloir vous installer confortablement et de vous préparer au décollage iminent. Le groupe vous souhaite un agréable voyage » !!!!! Bref vous l’ aurez compris, c’ est un album qui s’ adresse aux sens, et qui ne devrait pas vous laisser indifférent, pour peu que vous ayez une sensibilité musicale.

Mais trève de blabla, commençons ce voyage !

L’ album s’ ouvre sur Outside. Une bassline sourde et peu rassurante, accompagnée de loop dépaignent une atmosphère sombre et froide. Le sentiment d’ insécurité (aussi bien physique que psychique) y est brillament retranscit. C’ est une chanson que l’ on pourrait aisément retrouver dans un film noir, un polar ou que sais-je, où le doute, le conflit du personnage pourrait être habilement traduit musicalement grâce à la noirceur de cette composition.

Plus « légère », la seconde chanson, Sparrow, débute sur un synthé doucement mélancolique. Vascillant entre nostalgie et chaleur humaine, mélancolie bienfaitrice et désespoir profond (représentée par la sublime voix de Karin), la chanson nous conte les meurtrissures, les doutes du personnage, témoignage d’ une douleur palpable mais où l’ espoir (magnifié lors des refrains) reprend progressivement place au fil du temps…

Et de temps il est question avec Wave of Time. Telle des vagues déferlantes, les scratchs et autres loop nous assaillent tandis qu’ une rythmique soutenue nous balade au fil de ces 6 minutes 24. Bilan d’ une vie ? Introspection ? Cette troisième chanson exprime ce sentiment nostalgique que l’ on a tous plus ou moins ressenti : l’ impression d’ être passé à côté de quelque chose, d’ avoir gâché un temps précieux, de ne pas assez avoir profité. Comme un réveil, un défilement de ce qui a été fait ou de ce qui aurait voulu être fait, Wave of Time nous rappelle à ce message : le temps file… Ne nous perdons plus en futilité…

Notre voyage continue et nous amène à ce qui est pour ma part la pièce maîtresse de cet album : Ever. J’ adore cette chanson. Cette sublime complainte me donne des frissons à chaque écoute. L’ arrangement musical est brillantissime : la retranscription du déchirement sentimentale, de la detresse humaine est interprété avec très grand brio. Aussi bien euphorisante que mélancolique (ça dépend de l’ humeur) cette chanson est absolument géniale !

Autre grand morceau : My Time J’ avoue avoir été complètement bluffé par l’ intro. Chapeau les gars !!! S’ ouvrant sur les riffs d’ une guitare amorçant très subtilement une bassline douce et apaisante, cette balade orientale est un des moments zen et chaleureux du disque. Lancinant, langoureux, la chanson nous apaise l’ esprit, repos mérité après un début d’ album « mouvementé !

Autre balade, un peu moins tranquille cette fois-ci : Silence. Mélodie amère, tristesse palpable, Karin, de part la douce tension de sa voix nous entraine dans ce trip mélancolique, trip introspectif qui laisse sans voix…

Morose. Ce serait le premier mot qui me vient à l’ esprit quand j’ écoute Still I Do. Cette étange sensation de nostalgie légèrement amer et mélancolique que l’ on ressent par un temps grisatre imprègne le ton de cette chanson. Telle une pluie d’ automne, le quelques notes mélodieuses du synthé guide la voix chaleureuse de Karin. Le contraste est saisissant et laisse songeur… Puis s’ arrête brusquement.

Pour mieux nous plonger dans peut être le titre le plus « pop » de l’ album : Tired. Il ne faut pas se fier aux apparences calmes et trompeuses de l’ intro. Malgré la basse lancinante et la guitare apaisante, la chanson démarre d’ un seul coup sur une batterie energique. Tired est un cri de colère, un déchirement. Entre deux passages calmes, la batterie et la guitare s’ enervent pour porter à nu la frustration, l’ agacement que porte le personnage, fatigué par la douleur, magnifiquement interpretée (encore une fois) par Karin.

Et voilà qu’ arrive le moment des adieux…Petit pincement au coeur, la nostalgie de ce beau voyage est palpable. Et pour cet aurevoir, cette apothéose, 21 Hertz sort l’ artillerie lourde !!!! Ocean est un condensé de tout l’ album ! Un melting-pot monumental !!!! Une basse sombre à souhait, des scratchs et loops electros malicieux , une voix énivrante, une guitare hypnotisante, bref, un son « atmosphérique » planant qui parachève ce superbe voyage que l’ on a envie de recommencer au plus vite.

Beau, mystique, intriguant, envoutant, l’ album manque de qualificatifs dythirambiques pour exprimer tout l’ éloge qu’ on pourrait lui faire ! Bien évidemment les mauvaises langues vous diront que c’ est du Portishead bis. Eh bien non, c’ est 21 Hertz. Un groupe franco-suedois qui vient de nous prouver que la trip-hop n’ était plus le monopole des anglais. Un album à découvrir et un groupe à suivre absolument tant ils ont du talent, de la gentillesse, et de la générosité à donner. Le second album est déjà en préparation. Je l’ attend avec impatience !


Reviews du 1er album ‘ Ocean of Time’ par Dissolved Girl :

Elle commençait mal cette journée. Le soleil semblait livrer une bataille perdue d’ avance contre ces putains de nuages gris qui s’ imposent déjà depuis plusieurs jours, pfffffffff, ça m’ ennuie. ‘Il n’ y a plus de saison ma brave dame’ .

Oui, perdue d’ avance aussi la journée…

Mais c’ était sans compter ma petite étoile qui fait que, quand ça va mal, il y a toujours un petit rayon de soleil qui vient me rappeler que ma foi, il y a pire ailleurs…

Le petit rayon de soleil tel qu’ on l’ imagine pourrait être aujourd’ hui, en fait, un magnifique magma en fusion… il n’ y a qu’ à regarder la pochette du nouvel album de 21 Hertz. (NDLL : Interprétation très personnelle, certes ).

Un coup de fil de l’ un des hommes de ma vie : tu as reçu ton cd ! et hop je file le chercher.

De la chaleur, une fusion qui s’ opère, je l’ ai, entre mes mains ‘Ocean of time ‘.

Petit parcours rapide de la pochette, je n’ ose pas repartir tout de suite pour la maison. Des titres que je connais déjà plus ou moins par le site. Et puis les noms de nos amis des 21 Hertz : Karin, les deux Christian, Sylvain… Et bien… On l’ aura attendu ce cd !

Merci Mister Qui !très beau design !

Ah oui, tiens ! les remerciements… je suis touchée, sincèrement, il ne fallait pas… très sincèrement aussi…

Le repas a été long et je suis enfin rentrée à la maison pour écouter cette petite merveille ! Merci Dimitri d’ avoir accepté de faire dodo si rapidement. Je ne manquerais pas de te le faire écouter à toi aussi qui n’ est pas insensible à la bonne musique de papa et maman, trésor trésor

Vous n’ aurez pas les commentaires passionnants d’ une musicienne ou d’ une pseudo musicienne que je ne suis pas, vous n’ aurez que ceux d’ une jeune femme qui ouvre ses oreilles et son coeur à des sonorités qu’ elle aime.

Karin nous donne le ton. Adorable Karin. Waouuuh

Alors bien sur, comme je l’ ai fait et continue à le faire en cédant à la facilité, il y a des airs de Portishead dans ce cd là peut-être même un peu du Jay Jay du début… Mais ça, c’ est pour vous donner l’ envie d’ aller plus loin, bandes de faignants …

Et si on ne s’ y arrête pas plus que ça.

Car 21 Hertz n’ a rien à leur envier. Non. Il suffit de plonger dans l’ Ocean of Time pour se rendre compte que ce groupe a une identité propre, la touch 21 Hertz

9 titres qui s’ enchaînent harmonieusement. Très sensuellement . Je sens enfin que les beaux jours s’ annoncent ;o) ‘Outside’ annonce déjà la couleur : chaude, tout come Wave of time, sans compter sur Ever… huuum.

Petite touche orientale pour My time qui n’ est pas sans me déplaire (les « très » proches me comprendront)…

Bref moi j’ ai envie d’ un bon 22°C, d’ un ciel bleu et calme, d’ un dimanche cool à la campagne sans un « bruit », avec pour seule bande son : 21 Hertz, qui m’ accompagnera de partout (voiture, maison, boulot).

Et puis, j’ ose espérer un jour quelques dates en France, histoire d’ affirmer que ce groupe vaut le détour et le coup de foudre que j’ ai eu pour eux

Allez les gens ! L’ hiver est fini… si, si, penchez vous sur le cas 21 Hertz ;o)

-  « Outside » en écoute sur notre juke box